Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

Bonheur de construire, Le blog de la tranquillité.La récompense, c'est le Voyage ! Espace de mutualisation des connaissances, carrefour de rencontres, un « Internet universel » se diffusant par innovations successives dans toutes les activités humaines.

older | 1 | .... | 8 | 9 | (Page 10) | 11 | 12 | .... | 42 | newer

    0 0

    SFÂRŞITUL PROGRAMAT AL DEMOCRAŢIEI

     

    Puterea a trecut în alte mâini

     

    Adevăraţii stăpâni ai lumii nu mai sunt guvernele ţărilor, ci conducătorii grupurilor multinaţionale financiare sau industriale şi ai unor instituţiilor internaţionale „opace”: FMI, Banca Mondială, OCDE, OMC, băncile centrale. Prin urmare, cei care conduc lumea nu sunt aleşi în mod democratic, în ciuda impactului deciziilor lor asupra vieţii populaţiei. Puterea acestor organizaţii se exercită la o dimensiune planetară, în timp ce puterea statelor este limitată la o dimensiune naţională. De altfel ponderea societăţilor multinaţionale în fluxurile financiare a depăşit-o de mult pe cea a statelor. La dimensiune transnaţională, mai bogate decât statele şi reprezentând principalele surse de finanţare ale partidelor politice de orice orientare în majoritatea ţărilor, aceste organizaţii se situează mai presus de legi şi de puterea politică, mai presus de democraţie.

     

    FMI - consiliul director

     

    Iluzia democraţiei

     

    Democraţia a încetat deja să mai fie o realitate. Responsabilii organizaţiilor care exercită puterea reală nu sunt aleşi în mod democratic şi publicul nu este informat în ceea ce priveşte deciziile lor. Raza de acţiune a statelor este din ce în ce mai mică, din cauza existenţei unor acorduri economice internaţionale în privinţa cărora cetăţenii n-au fost nici consultaţi, nici informaţi. Toate aceste tratate elaborate în ultimii 5 ani (GATT, OMC, AMI, NTM, NAFTA) vizează un scop unic: transferul puterii statelor către organizaţii non-alese, cu ajutorul unui proces numit „globalizare”. Suspendarea proclamată şi explicită a democraţiei n-ar fi exclus să provoace o revoluţie. Acesta este motivul pentru care s-a decis menţinerea unei democraţii de faţadă şi o deplasare a puterii reale către alte focare de putere. Cetăţenii continuă să voteze, dar votul lor a fost golit de conţinut. Ei votează pentru alegerea unor responsabili care nu mai deţin practic adevărata putere. Tot astfel, deoarece nu mai este nimic de hotărât, programele politice de „dreapta” şi de „stânga” au ajuns să se asemene foarte mult în ţările occidentale. Pentru a rezuma, nu putem alege felul de mâncare, dar putem alege sosul. Mâncarea pe care suntem forţaţi s-o consumăm se numeşte „noul sclavagism”, asezonat cu sos picant – de dreapta, sau dulce acrişor – de stânga.

     

    Dispariţia informaţiei

     

    De la începutul anilor ’90, informaţia a dispărut în mod progresiv din media destinată marelui public. Ca şi alegerile, jurnalele televizate continuă să existe, dar ele au fost golite de conţinut.  Un jurnal televizat conţine maximum 3 minute de informaţie reală. Restul este constituit din subiecte „de revistă”, reportaje anecdotice, fapte diverse, mici bârfe şireality-show-uri. Analizele jurnaliştilor specializaţi ca şi emisiunile de dezbatere a informaţiilor au fost aproape în totalitate eliminate. Informaţia se reduce acum doar la anumite segmente din presa scrisă, citită de o minoritate. Dispariţia informaţiei este semnul clar că regimul nostru politic şi-a schimbat natura.

     

    Strategii şi obiective pentru controlul lumii

     

    Responsabilii puterii economice provin aproape în totalitate din aceleaşi cercuri, din aceleaşi medii sociale. Ei se cunosc între ei, se întâlnesc, împărtăşesc aceleaşi idei şi interese. Deci împărtăşesc aceeaşi viziune a ceea ce ar trebui să fie lumea viitoare ideală pentru ei. În consecinţă, este firesc să cadă de acord în privinţa unei strategii şi să-şi sincronizeze acţiunile către obiective comune, situaţii economice favorabile obiectivelor lor. Iată câteva elemente ale strategiei lor:

    - Slăbirea statelor şi a puterii politice; destabilizare; privatizarea serviciilor publice.

    - Dezangajarea totală a statelor din economie, incluzând aici educaţia, cercetarea şi poliţia şi armata, destinate să devină sectoare exploatabile de către întreprinderi private.

    - Îndatorarea statelor cu ajutorul corupţiei, al lucrărilor publice inutile, al subvenţiilor date întreprinderilor fără justificare, sau a dispenselor militare. Când se acumulează un munte de datorii, guvernele sunt constrânse la privatizare şi la desfiinţarea serviciilor publice. Cu cât un guvern este mai controlat de „stăpânii lumii”, cu atât mai mult trebuie să mărească datoria ţării sale.

    - Sărăcirea angajaţilor şi menţinerea unui nivel de şomaj ridicat, prin dislocarea şi mondializarea pieţei muncii. Aceasta măreşte presiunea economică asupra salariaţilor, care vor fi gata să accepte orice salariu şi orice condiţii de muncă.

    - Reducerea ajutoarelor sociale, pentru a creşte motivaţia şomerilor de a accepta orice muncă și orice salariu.

    - Împiedicarea revendicărilor salariale în „lumea a treia”, menţinând aici regimuri totalitare sau corupte. Dacă lucrătorii acestor țări ar fi mai bine plătiţi, aceasta ar contraveni principiului dislocării şi al pârghiei exercitate asupra pieţei muncii din Occident. Această cheie strategică trebuie păstrată cu orice preţ. Faimoasa „criză asiatică” din 1998 a fost declanşată cu acest scop.

     

    Atributele puterii

     

    Organizaţiile multinaţionale private se dotează în mod progresiv cu toate atributele puterii statelor: armate, reţele de comunicaţii, sateliți, servicii de informaţii, fişiere ale indivizilor, instituţii judiciare. Etapa următoare şi ultima pentru aceste organizaţii ar fi să obţină puterea poliţienească şi militară care corespunde noii puteri, creând propriile forţe armate, deoarece armatele şi poliţiile naţionale nu sunt adaptate pentru apărarea intereselor acestor organizaţii în lume. La un moment dat, armatelor li se va solicita să devină întreprinderi private, prestatoare de servicii, lucrând pe bază de contract cu statul, ca şi cu orice alt client privat, capabil să le plătească serviciile. În etapa ultimă a planului, aceste armate particulare vor servi intereselor organizaţiilor multinaţionale şi vor ataca statele care nu se vor plia pe regulile noii ordini economice. Deocamdată acest rol este asumat de armata SUA, ţara cea mai bine controlată de societăţile multinaţionale.

    - Armate particulare există deja în SUA. Este vorba de societăţile DynCorp, CACI şi MPRI, prototipuri ale viitoarelor armate particulare. DynCorp a acţionat în numeroase regiuni unde Statele Unite doreau să intervină din punct de vedere militar, fără a purta responsabilitatea directă (America de Sud, Sudan, Kuweit, Kosovo, Irak...). La sfârşitul anului 2002 DynCorp a fost răscumpărat de către Computer Sciences Corporation, una dintre cele mai importante societăţi americane de servicii de informatică. În mai 2004, DynCorp şi MPRI au fost implicate în torturarea prizonierilor irakieni. Armatele particulare (numite „antreprenori” de către Pentagon) reprezintă 10% din efectivele americane trimise în Irak.

    Sateliţi: Microsoft a renunţat în final la proiectul Teledesic, o reţea de 288 sateliţi de comunicaţie care trebuiau să constituie o urzeală în jurul întregii planete. Dar alte companii multinaţionale se pregătesc să creeze reţele similare. De asemenea, sateliţi de observaţie particulari sunt gata instalaţi. Două societăţi comercializează imagini de rezoluţie mare din orice loc de pe planetă susceptibil a-i interesa pe cumpărători.

    Fişiere individuale: Numeroase societăţi fondate în ultimii ani (în principal în SUA) sunt specializate în colectarea informaţiilor individuale, oficial cu scopuri comerciale. Dar aceste fişiere private încep să reunească milioane de profile individuale ale consumatorilor repartizaţi în zona ţărilor occidentale. Informaţiile din aceste fişiere sunt vândute oricui doreşte să le cumpere.

     

    Adevărata realitate a banilor

     

    Banii sunt astăzi, în esență, virtuali. Ei au ca singură realitate un șir de 0 și 1 în calculatoarele băncilor. Majoritatea comerțului mondial se desfășoară fără bani fizici. Doar 10% din tranzacțiile financiare zilnice corespund unor schimburi economice în „lumea reală”. Piețele financiare constituie un sistem de creare a banilor virtuali și a unui profit care nu se bazează pe crearea unei adevărate bogății. Grație jocului piețelor financiare (care permite transformarea în beneficii a oscilațiilor cursului bancar), investitorii avizați pot fi declarați mai bogați printr-o simplă circulație a electronilor în calculatoare. Ceea ce legea interzice falsificatorilor și ortodoxia economică interzice statelor este deci posibil și legal pentru un număr restrâns de beneficiari. Dacă vrem să înțelegem ce este în realitate banul și la ce servește el, e suficient să inversăm vechea zicală: Timpul înseamnă bani → Banii înseamnă timp. Banii permit cumpărarea timpului altora.

     

    Banii, timpul și sclavii

     

    Din punct de vedere tehnic, banii reprezintă o unitate de calcul intermediară pentru schimbul timpului contra bani, fără a fi posibilă compararea directă a timpului unora cu al altora, deoarece fiecare conversie între bani și timp se face pe baza unei estimări subiective, ce variază în funcție de raportul forței economice între cumpărător și vânzător. În practică, acest raport de forțe este întotdeauna defavorabil consumatorului – salariatul. Când un individ dintr-o categorie medie cumpără un produs, el plătește timpul care a fost necesar pentru a fabrica acel produs la un preț mai ridicat decât salariul care îi este lui plătit pentru o fracțiune echivalentă din propriul lui timp. De pildă, dacă o mașină e produsă în 2 ore de către 20 de salariați (incluzând aici și munca comercianților și cea depusă pentru echipamentele de producție folosite), salariul fiecărui salariat pentru aceste 2 ore ar trebui să fie egal cu a 20-a parte din prețul mașinii, adică 500 Euro, dacă mașina a costat 10.000 Euro. Asta înseamnă un salariu orar teoretic de 250 Euro. Pentru cea mai mare parte a salariaților, suntem foarte departe de această socoteală. Când un salariat occidental prestează 10 ore din timpul lui, el primește numai echivalentul unei ore. Pentru un salariat din Lumea a treia, raportul scade la 1.000 contra 1. Acest sistem este versiunea modernă a sclavagismului. Beneficiarii timpului furat salariaților sunt întreprinderile, precum și statul, atâta timp cât banii luați prin impozite și taxe nu sunt folosiți în interesul general. 

     

    Distrugerea naturii se face intenţionat

     

    Ea este dorită de noua putere economică. De ce? Dispariţia naturii şi creşterea poluării vor face individul din ce în ce mai dependent de sistemul economic şi va da naştere unor noi profituri (printr-un consum în creştere de medicamente şi prestări medicale). Natura reprezintă un punct de referinţă în ordinea naturală a Universului. Contemplarea frumuseţii şi perfecţiunii naturii este subversivă pentru această nouă putere economică. O ameninţă prin aceea că individul poate respinge urâţenia mediilor urbanizate şi pune la îndoială ordinea socială care trebuie să rămână singura referinţă. Urbanizarea mediului permite plasarea populaţiei într-un spaţiu controlat, supravegheat, şi în care individul este total scufundat în ordinea socială. Contemplarea naturii predispune la visare şi intensifică viaţa interioară a indivizilor, dezvoltându-le sensibilitatea şi liberul arbitru. Astfel, ei încetează a mai fi fascinaţi de mărfuri, refuză programele televizate destinate să-i abrutizeze şi să le controleze spiritele. Eliberaţi, încep să-şi imagineze o societate fondată pe alte valori decât profitul material. Tot ce-i ce poate determina pe indivizi să gândească şi să trăiască prin ei înşişi este potenţial subversiv pentru această nouă putere economică. Cel mai mare pericol pentru ordinea socială este spiritualitatea, deoarece ea îi răstoarnă individului sistemul de valori şi deci comportamentul indus de condiţionările sociale. Pentru stabilitatea „noii ordini sociale”, tot ce poate stimula trezirea spirituală se doreşte a fi eliminat.

     

    2000 de ani de istorie

     

    În aceste ultime două milenii, civilizaţia a trecut prin patru epoci succesive, marcând patru forme de putere politică:

    - Epoca triburilor – puterea exercitată prin forţă (şi mai rar prin înţelepciune sau cunoaştere).

    - Epoca imperiilor şi a regatelor – putere ereditară; naşterea noţiunii de stat.

    - Epoca statelor-naţiune – deschisă de monarhia parlamentară din Marea Britanie în 1689, de revoluţia franceză în 1789 şi prin fondarea SUA. Într-un stat-naţiune, puterea nu mai este ereditară, ci exercitată de conducători considerați a reprezenta poporul şi desemnaţi prin alegeri (stat-naţiune democratic) sau prin cooptarea în sânul unui partid unic (stat-naţiune totalitar).

    - Epoca conglomeratelor economice – iniţiată în 1954, pusă în practică în cursul anilor ‘70 şi ‘80 şi operaţională total începând cu anii ‘90. Puterea nu mai este de tip reprezentativ sau electiv şi nici localizată geografic (ca triburile, regatele, statele-naţiune). Ea este exercitată direct de către cei ce controlează sistemul financiar şi producerea mărfurilor. Instrumentele acestei puteri sunt controlul tehnologiei, al energiei, al banilor şi al informaţiei. Această nouă putere este globală, planetară. Nu există deci nici alternative, nici supape. Ea constituie un nou nivel de organizare a civilizaţiei, un fel de super-organism.

    Rezolvarea marilor probleme ecologice, economice şi sociale par să necesite efectiv instaurarea unei strategii sau a unei forme de putere globală. Unificarea lumii prin economie şi declinul statelor-naţiune au fost justificate parţial de o cauză nobilă: a face imposibil un nou război mondial care, în era atomică, ar însemna sfârşitul civilizaţiei. Dar chestiunea este de a şti în serviciul căror obiective şi a căror interese se pune această nouă putere, prin cine trebuie ea să fie exercitată şi prin ce contra-puteri trebuie să fie echilibrată şi controlată.

    Mondializarea (sau globalizarea) nu este negativă prin ea însăşi. Teoretic, ea poate să permită stabilirea unei păci mondiale durabile şi a unei mai bune gestiuni a resurselor. Dar dacă ea continuă să fie organizată în beneficiul unei elite şi dacă îşi păstrează orientarea actuală, nu va întârzia să genereze un nou tip de totalitarism, transformarea completă a fiinţelor umane în mărfuri, distrugerea totală a naturii și forme noi de robie.

    https://youtu.be/hYIC0eZYEtI

     https://www.youtube.com/watch?v=hYIC0eZYEtI&authuser=0


    0 0

    Românca Raluca Ada Popa, printre cele mai eminente minți în domeniul informatic din lume

    Considerata un geniu al informaticii, Raluca este la numai 28 de ani doctor in informatica si urmeaza un post doctorat la Swiss Federal Institute of Technology in Zurich (ETHZ), unde s-a mutat după ce a terminat anul trecut doctoratul din Statele Unite. In iulie va reveni in Statele Unite ca profesor asistent la Universitatea Berkeley

    SHARE    

     REDACȚIA RBN PRESS , 25 MAI 2015 / 445 0

    Românca Raluca Ada Popa, printre cele mai eminente minți în domeniul informatic din lume

    O sibiancă, cea mai deșteaptă femeie din lume. A făcut furori peste Ocean! Raluca Ada Popa este considerată la ora actuală una din cele mai eminente minți in domeniul informatic și una dintre cele mai de succes femei din lume. La doar 28 de ani tânăra din Sibiu are un doctorat la Massachusetts Institute of Technology (MIT) și a programat softuri pentru companii IT de renume mondial.

    La prima vedere, Raluca Ada Popa este o tanara ca oricare alta. Are 28 de ani, este frumoasa si are pasiuni precum calatoriile si filmele. Daca in Romania numele ei nu inseamna mare lucru, In Europa si America, ea este vazuta ca un adevarat geniu.

    Desi fetele de varsta ei isi petrec timpul liber distrandu-se prin cluburi, Raluca proiecteaza sisteme informatice nedescifrate pana acum de nimeni.

    Considerata un geniu al informaticii, Raluca este la numai 28 de ani doctor in informatica si urmeaza un post doctorat la Swiss Federal Institute of Technology in Zurich (ETHZ), unde s-a mutat după ce a terminat anul trecut doctoratul din Statele Unite. In iulie va reveni in Statele Unite ca profesor asistent la Universitatea Berkeley, din Silicon Valley, un asa zis rai al informaticienilor.

    Timida si aparent introvertita, frumoasa satena vorbeste despre meseria ei cu cea mai mare pasiune. Raluca Ada Popa a povestit într-un interviu pentru „Adevărul” că a ales domeniul IT fiindcă a fascinat-o.

    „Vedeam cum informatica pătrunde în fiecare aspect al vieții, nu doar în calculator, dar și în telefonul celular, în avioane, în sistemele bancare, în mașinile pe care le conducem, în ceasuri și în multe altele. Ideea de a putea programa și controla toate aceste obiecte mă entuziasma enorm”, a povestit ea Raluca și-a ales ca temă de doctorat securitatea datelor, din două motive.

    În primul rând, spune ea, este o problema importantă. „Milioane de date personale sau confidențiale se fură sau se modifică în fiecare an. Securitatea datelor este importantă și pentru a împiedica frauda sau chiar crima — datele corupte pot face avioane să se prăbușească sau stimulatorul cardiac ce menține viața unui om să se întrerupă. Al doilea motiv este că securitatea combină gândirea matematică și teoretică cu ingineria, o combinație irezistibilă pentru mine”, a spus ea. A ales să continue cariera în mediul academic, în loc să se angajeze la o companie IT precum Google, fiindcă astfel va putea rezolva probleme importante din IT și va putea contribui la dezvoltarea cunoștințelor și posibilităților lumii, pe când la o companie ar fi trebuit să rezolve numai problemele instituției.

    Vine acasă la Sibiu, de sărbători

    Intr-o lume a barbatilor, sibianca Raluca Ada Popa a reusit sa se faca remarcata si sa impuna respect, aducand securitatii informatice o noua fata. Mai exact, tanara a creat softuri de criptare, folosite de companii precum Google, Microsoft, SAP si Lincoln Laps.

    Toti acesti giganti IT s-au inclinat in fata romancei, fiind dispusi sa ofere sume frumoase de bani pentru a beneficia de proiectele acesteia. Chiar daca locuieste in strainatate de foarte multi ani, Raluca nu a uitat de locul in care s-a nascut. Astfel, satena revine in tara, la Sibiu, de Paste si de Craciun, pentru a petrece timp alaturi de familia ei, de care este foarte apropiata.


    0 0

    Dezvaluie care este forta suprema din univers, 
    singura noastra salvare!

    13/06/2015

    Biblioteca îmi e plina de biografii si ma las purtata de imaginatie dincolo de timp, prin vieti de oameni cu zvac si viziune, de-a lungul destinelor ce au lasat amprente în istoria lumii, dincolo de iubiri ce au traversat poduri de prejudecati si încercând sa înteleg genii de neînteles.

    Scrisoarea aceasta a ajuns la mine de curând si mi se pare atât de frumoasa, încât merita împartasita. Se pare ca este una dintre cele 1400 de scrisori donate în anii 1980 de Lieserl, fiica lui Einstein

    ,

     
    Universitatii Ebraice din Ierusalim, cu mentiunea de a nu fi publicate decât dupa cel putin doua decenii de la moartea tatalui sau.

    Iata una dintre ele, in care se vorbeste despre legea suprema a universului, cea mai puternica forta ce poate exista:

    “Cand am propus teoria relativitatii, foarte putini oameni m-au înteles, iar ceea ce urmeaza sa destainui umanitatii acum, se va ciocni de neîntelegerea si prejudecatile din aceasta lume.

    Te rog sa pastrezi aceste scrisori atât timp cât este necesar, ani, decenii, pâna când societatea este suficient de avansata pentru a accepta ceea ce voi explica mai jos.

    Exista o forta extrem de puternica, pentru care, cel putin pâna în prezent, stiinta nu a gasit o explicatie formala. Este forta care include si guverneaza totul, este chiar în spatele oricarui fenomen care are loc în univers si înca nu a fost identificata de noi.

    Aceasta forta universala este IUBIREA. 

    Când cercetatorii au investigat o teorie unificata a universului, au uitat cea mai puternica forta nevazuta.

    Iubirea este Lumina, care îi lumineaza pe cei ce o ofera si o primesc.

    Iubirea este gravitatie, deoarece îi face pe unii oameni sa se simta atrasi de altii.

    Iubirea e putere, deoarece multiplica tot ce avem mai bun si ofera umanitatii sansa de a nu pieri în propriul egoism orb.

    Iubirea expune si reveleaza. Pentru iubire noi traim si murim.

    Iubirea e Dumnezeu si Dumnezeu este Iubire.

    Aceasta forta explica totul si ofera sens vietii. Aceasta este variabila pe care am ignorat-o de prea mult timp, poate pentru ca ne este frica de iubire, deoarece este singura energie din univers pe care fiinta umana nu a învatat sa o controleze dupa vointa sa.

    Pentru a evidentia iubirea, am creat o simpla subtituire în cea mai faimoasa ecuatie de-a mea.

    Daca în loc de E=mc2, acceptam ca energia pentru a vindeca întreaga lume poate fi obtinuta din multiplicarea iubirii cu viteza luminii la patrat, atunci ajungem la concluzia ca iubirea este cea mai puternica forta ce exista, deoarece nu are nici o limita.

    Dupa esecul umanitatii în a utiliza si controla celelalte forte din univers, care pâna la urma s-au întors împotriva noastra, este imperios sa ne hranim pe noi însine cu o alta forma de energie…

    Daca vrem ca speciile noastre sa supravietuiasca, daca vrem sa descoperim sensul vietii, daca vrem sa salvam lumea si fiecare fiinta constienta ce traieste, atunci iubirea este unicul raspuns.

    Probabil nu suntem înca pregatiti sa cream o bomba a iubirii, un mecanism destul de puternic pentru a distruge ura, egoismul si lacomia care devasteaza planeta.

    Cu toate acestea, fiecare individ poarta cu sine un mic, dar puternic generator de iubire, a carui energie asteapta sa fie eliberata.

    Cand o sa învatam sa oferim si sa primim aceasta energie universala, draga Lieserl, vom putea afirma ca iubirea învinge tot, ca poate transcende totul si orice, deoarece iubirea este chintesenta vietii.

    Regret profund ca nu am fost capabil sa exprim ceea ce este în inima mea, care a batut în liniste pentru tine, întreaga mea viata. Poate e prea târziu pentru scuze, dar cum timpul e relativ, simt nevoia sa-ti împartasesc ca Te Iubesc si datorita tie am ajuns la raspunsul suprem!

    Tatal tau,

    Albert Einstein”

    Sursa acestui articol este contul de twitter al faimosului cercetator Gregg Braden, cunoscut pentru cercetarile sale din domeniul fizicii cuantice. In paralel, este pasionat de culturile antice si desfasoara analize amanuntite atât pe situri arheologice, cat si asupra manuscriselor vechi. 

    “Exista doar doua cai de a-ti trai viata.

    Una, ca si când nimic nu e miracol,

    Cealalta, ca si când totul e miracol.”

    A. Einstein

     

    Alegeti sa vedeti miracolul!

    Alegeti iubirea!

     


    0 0

    Conditia fundamentala pentru o viata fericita:

    Știți ce este DECALOGUL CHOMSKY ?

    Noam Chomsky  (n. 1924) este un reputat lingvist american, profesor emerit la Massachusetts Institute of Technology (MIT).

    În afara mediilor academice, Chomsky este mult mai cunoscut în lumea întreagă pentru activitatea sa politică, îndeosebi în ceea ce priveşte critica vitriolantă la adresa politicii externe a Statelor Unite, dar şi a guvernelor altor mari puteri. Drept care este considerat şi o personalitate marcantă a stângii politice din Statele Unite.

    Noam Chomsky a identificat şi a explicat, într-o formulare pe înţelesul tuturor, regulile de bază ale manipulării pe care se bazează puterea politică în criza de legimitate şi pe care el le numeşte strategii ale diversiunii. Ele au fost sintetizate în ceea ce poate fi numit “Decalogul Chomsky”.

     

    Decalogul Chomsky

     

    1. Poporul trebuie să aibă mereu mintea ocupată cu altceva decât cu problemele lui adevărate

    Pentru aceasta: Să distragi permanent atenţia de la problemele sociale reale, îndreptând-o către subiecte minore, dar cu mare impact emoţional.

     

    2. Poporul trebuie să perceapă conducătorii drept salvatori ai naţiunii

    Pentru aceasta: Inventează false ameninţări, ori creează probleme grave, care îngrijorează real şi angajează opinia publică, iar apoi oferă soluţiile.

    Un exemplu: Favorizează insecuritatea cetăţenilor, apoi guvernarea providenţială salvează naţiunea în temeiul legilor represive cerute de popor, cu preţul limitării propriilor libertăţi democratice.

     

    3. Poporul trebuie permanent pregătit pentru mai rău

    Pentru aceasta: Mecanismele propagandei “albe” (oficială, integral asumată de guvern), “gri” (parţial asumată) şi “negre” (niciodată asumată) trebuie să promoveze imaginea unui guvern în permamenţă preocupat pentru ameliorarea condiţiilor tot mai sumbre ale viitorului. Politicile antipopulare dure se vor aplica gradual, pentru a se preveni ori atenua protestele sociale. În acest fel, cel mai mare rău devine suportabil dacă e administrat în porţii anuale, conform unui program anunţat.

     

    4. Poporul trebuie să creadă că şi ceea ce guvernele îi pregătesc spre a trai mai rău este tot pentru binele său

    Pentru aceasta: Să obţii acordul de moment al poporului pentru măsuri economice dure din viitor. Omul se obişnuieşte cu ideea şi înghite tot, dacă e prevenit şi amânat.

     

    5. Poporul trebuie să aibă o gândire care să nu-i permită sesizarea legăturii dintre cauze şi efecte

    Pentru aceasta: Să te adresezi oamenilor ca şi cum ar avea cu toţii o gândire infantilă. În felul acesta, îndrepţi mulţimile spre un tip de gândire superficială, naivă şi cu predispoziţie la intoxicări informaţionale.

     

    6. Poporul trebuie dezobişnuit să problematizeze realitatea şi să acţioneze sub impulsul emoţiilor

    Pentru aceasta: Să faci tot timpul apel la sentimente şi la reacţii glandulare, nu la raţiune. Să încurajezi reacţiile emoţionale, pentru că sunt cel mai uşor de manipulat.

     

    7. Poporul trebuie obişnuit cu satisfacţii ieftine, care să-i ocupe timpul şi să-l demotiveze în atingerea unor idealuri superioare

    Pentru aceasta: Un sistem de învăţământ corupt şi nefuncţional este instrumentul ideal de a tine cetăţenii în ignoranţă şi a manipula opiniile colective după bunul-plac.

     

    8. Poporul nu trebuie să aiba acces la mijloace de informare completă, exactă, corectă şi obiectivă

    Pentru aceasta: Să încurajezi financiar acele mijloace de comunicare în masă care îndobitocesc publicul şi îl ţin legat de emisiuni şi seriale vulgare, ce trag inteligenţa în jos.

     

    9. Poporului trebuie să-i fie indus spiritul turmei

    Pentru aceasta: Să stimulezi sentimentul individual de culpă, de fatalitate, de neputinţă. Persoanele care nu mai au impulsul de a se revolta, devin o turmă şi sunt uşor de controlat.

     

    10. Poporul nu trebuie să creadă în existenţa strategiilor şi mijloacelor oficiale de manipulare

    Pentru aceasta: Să apelezi la toate cuceririle ştiinţelor pentru a cunoaşte punctele slabe din psihologia individului şi a mulţimilor. În acelaşi timp, să discreditezi aceste cunoştinţe prin mass-media, astfel ca poporul să nu creadă în mijloacele şi strategiile statale de manipulare.

     

     

    Conditia fundamentala pentru o viata fericita: 

    " Concordanta deplina intre ceea ce gandesti, ce spui ca faci si ce faci, adica ... sa NU minti si sa NU te minti "

                          ANONIM

    " Om liber e acela care n-are nevoie să spună nici o minciună "

                          NICOLAE IORGA


    0 0

    Tsipras: Nous voulons l'Europe de la démocratie et de la solidarité

    Le premier ministre, Alexis Tsipras, a indiqué qu'il demandera au président de la République, Prokopis Pavlopoulos, de convoquer les dirigeants politiques afin qu'il puisse les informer des initiatives du gouvernement et afin d'entendre leurs propositions, s'exprimant dimanche soir dans un message télévisé à la suite de l'annonce des résultats partiels du référendum.
    "En ce moment, le pays a besoin plus que jamais d'unité et d'unanimité afin de surmonter les difficultés", a souligné M. Tsipras.
    Le résultat du référendum n'a ni vainqueurs ni perdants. Aujourd'hui, tous ensemble nous avons prouvé que la démocratie ne se soumet pas au chantage, a indiqué le premier ministre, Alexis Tsipras.
    Le premier ministre a souligné que "le peuple grec a changé la question du dialogue en Europe. La question +à l'intérieur ou à l'extérieur de l'euro+ doit être retirée définitivement. Le peuple a donné une réponse sur quelle Europe il veut et a répondu que nous voulons l'Europe de la démocratie".
    "L'Europe ne peut être la voie unique des mémorandums et de l'austérité", a-t-il souligné.
    M. Tsipras a indiqué que "la priorité immédiate est de restaurer la stabilité économique et le fonctionnement du système bancaire". Il a par ailleurs exprimé la conviction que "la BCE comprend entièrement la situation".
    "Nous sommes prêts à poursuivre la négociation en ayant comme critère la justice sociale et la distribution des charges des personnes vulnérables à ceux qui sont puissants d'un point de vue économique", a ajouté le premier ministre.
    Il a précisé en outre que "cette fois, sur la table des négociations se trouvera également la question de la dette" et a souligné que le rapport du FMI confirme les positions grecques en ce qui concerne le besoin de restructurer la dette.
    "Il n'y a pas de solutions faciles, mais il existe des solutions justes, durables, il suffit que les deux parties les recherchent", a ajouté le premier ministre.
    S'adressant aux citoyens, M. Tsipras a qualifié le vote en faveur du "non" de "choix très courageux", lequel, a-t-il souligné, s'est fait sous des conditions défavorables qui ont été mises en place la semaine dernière, ajoutant que le mandat qu'il a reçu n'est pas un mandat de rupture, mais un mandat de solution durable.
    "Indépendamment de ce que vous avez choisi, nous sommes un à partir de maintenant. Nous avons l'obligation de surmonter la crise et de porter la Grèce vers le haut", a ajouté le premier ministre.


    0 0

    20140812_140009.jpg

    20130705_141806.jpg20140715_164754.jpg20140718_151248.jpg

     

     

     

        Si vous vous sentez déprimé, une longue marche peut aider.

    Des chercheurs de l'Université californienne de Stanford sont venus à la conclusion que promenades dans la nature peut réduire le risque de dépression. Dans la revue «PNAS» publié étude, ils ont pu montrer que 90 minutes de longue promenade dans la campagne, l'activité a diminué dans une région du cerveau qui joue un rôle crucial dans la dépression.

    Pour l'étude, les chercheurs ont envoyé deux groupes à une promenade de 90 minutes. Un groupe a fait sur les prairies avec des arbres et des buissons de chêne épars. Le deuxième groupe était une autoroute à quatre voies dans la ville le long. Avant et après la fréquence cardiaque et respiratoire, et l'activité cérébrale des participants ont été mesurés.

    Dans les valeurs physiologiques, les chercheurs ont constaté aucune différence dans les deux groupes. Dans les cerveaux des changements étaient opposés prononcée. L'activité neuronale dans le cortex préfrontal subgenual augmenté les personnes qui ont déménagé dans la campagne, en comparaison avec les marcheurs de la ville de manière significative. Cette région du cerveau est active dans la rumination dite, donc la focalisation répétée sur les émotions négatives.

    Villes vous usent

    «Ces résultats sont importants car ils sont compatibles avec la relation observée entre l'urbanisation croissante et une augmentation de la maladie mentale, même si elles ne prouvent pas», dit le co-auteur James Gross dans une annonceà l'Université de Stanford.

    La moitié de la population mondiale vit dans les zones urbaines, cette proportion devrait passer à 70 pour cent d'ici quelques décennies. Et ont grandi aussi forte que l'urbanisation et la déconnexion de la nature, ainsi que d'accumuler les maladies mentales comme la dépression.

    En fait, les résidents de la ville ont par rapport aux résidents des zones rurales un risque 20 pour cent plus élevé de développer un trouble anxieux. Pour les troubles affectifs, la part est de 40 pour cent. Et les gens qui sont nés et ont grandi dans les villes, malade deux fois plus souvent dans la schizophrénie.


    Les chercheurs présenteront leur étude. (Vidéo: Youtube / Stanford)


    0 0

    Discours de Yanis Varoufakis, ministre des Finances de la Grèce, tenu à la Fondation Hans-Böckler à Berlin (8 juin 2015)

    hd. Le point de vue grec étant généralement occulté, «Horizons et débats» publie dans son intégralité, le discours de Yanis Varoufakis pour information et documentation.

    Merci de m’avoir invité et merci d’être présents. Merci aussi pour votre accueil chaleureux. Je vous remercie tout particulièrement d’offrir la possibilité d’ériger des ponts, de consolider nos points communs et surtout de vous engager pour un rapprochement pendant que tant d’efforts sont déployés pour semer la discorde entre les peuples, alors que la tâche historique serait de se retrouver unis.
    Depuis la fin de la guerre, les Grecs et les Allemands se sont unis avec d’autres peuples européens. Nous avons trouvé des points communs malgré les différences de langage, la diversité des cultures, les tempéraments bien définis. Dans ce processus de rapprochement, nous découvrons avec grand bonheur qu’il existe moins de différences entre nos nations qu’il n’y a de différences à l’intérieur de nos nations.
    Puis, il y eut le désastre financier global de 2008 suivi, un ou deux ans plus tard, du fait que les peuples venant de se retrouver en étaient à nouveau venus à s’affronter … du fait de la monnaie commune – un paradoxe qu’on pourrait trouver amusant, s’il ne cachait pas tant de dangers pour nos peuples. Un danger pour l’avenir et pour l’idée d’un bien-être commun pour l’Europe.
    L’histoire semble avoir un sens pour la comédie, quand on voit de quelle manière elle se répète parfois elle-même. La guerre froide ne débuta pas à Berlin en décembre 1944, mais dans les rues d’Athènes. La crise de l’euro débuta également à Athènes en 2010, déclenchée par l’amoncellement des dettes grecques. Suite à un malencontreux hasard, la Grèce devint le foyer tant de la guerre froide que de la crise de l’euro. Mais les causes sont très diverses et se retrouvent sur tout le continent.
    Quelles furent les causes de la crise de l’euro? Les médias et les politiciens aiment les histoires simples. Tout comme Hollywood, ils adorent les histoires morales avec des méchants et des victimes. La fable d’Esope intitulée «La fourmi et la cigale» s’avéra tomber à pic. Depuis 2010, l’histoire se raconte à peu près comme cela: les cigales grecques n’ont pas accompli leur devoir et leur période estivale de l’endettement trouva un jour soudainement une fin. Les fourmis se virent donc obligées de leur venir en aide par des contributions financières. Aujourd’hui, on affirme au peuple allemand que les cigales grecques ne veulent pas rembourser leurs dettes. Elles veulent continuer de profiter d’une vie agréable, de pouvoir s’éclater, de se dorer au soleil et donc un nouveau sauvetage financier est nécessaire afin d’en avoir les moyens.
    C’est une histoire avec un impact fort. Une histoire soutenant la position de l’argent contre les Grecs, contre notre gouvernement. L’ennui, c’est que cette histoire est trompeuse. Elle jette une ombre noire sur la vérité. C’est une allégorie destinée à dresser un peuple contre un autre. Tout le monde y perd. Sauf peut-être les ennemis de l’Europe et de la démocratie qui espèrent gagner le gros lot.
    Permettez-moi une lapalissade: la dette de l’un est la richesse de l’autre. Donc, le déficit d’un Etat produit le surplus d’un autre. Si une nation ou une région est plus industrialisée qu’une autre, si elle produit l’essentiel des biens avec une grande valeur ajoutée, alors que l’autre se contente de biens guère négociable avec une faible valeur ajoutée, il va de soi qu’il y a asymétrie. Il ne suffit pas de penser à la Grèce face à l’Allemagne. Pensez aussi à l’Allemagne de l’Est face à l’Allemagne de l’Ouest ou bien au Missouri face au Texas, au nord de l’Angleterre face à la «Greater London Area» – ce sont tous des exemples de déséquilibres commerciaux sur la durée.
    Un taux de change flottant, comme celui entre le Brésil et le Japon, permet de maintenir le contrôle des déséquilibres – cela au prix de la volatilité. Mais lorsqu’on fixe le taux de change pour offrir davantage de sécurité aux affaires (ou bien encore plus en introduisant une monnaie commune), il se passe autre chose: les banques se mettent à exagérer les excédents et les déficits. Ils gonflent les déséquilibres et les rendent plus dangereux. Automatiquement. Sans se référer aux électeurs ni aux Parlements. Et même, sans que le gouvernement du pays soit au courant. C’est cela que je désigne de dettes toxiques et de recyclage des excédents. Cela se fait par les banques.
    Il est facile de comprendre ce qui se passe: un excédent commercial allemand face à la Grèce provoque un transfert d’euros de la Grèce vers l’Allemagne. Par définition!
    Et c’est précisément ce qui s’est passé dans les années folles – avant la crise. Les euros, gagnés par les entreprises allemandes en Grèce et ailleurs à la périphérie se déversèrent dans les banques de Francfort. Cet argent augmenta le volume financier de l’Allemagne (réserves de liquidités) et abaissa le prix de l’argent. Quel est le prix de l’argent? Le taux d’intérêt! C’est pourquoi ces derniers se maintinrent si bas en Allemagne
    par rapport à d’autres membres de la zone euro.
    Soudainement, les banques du Nord avaient un motif pour à nouveau prêter leurs réserves aux Grecs, aux Irlandais, aux Espagnols – aux Etats où les intérêts étaient nettement plus élevés, du fait que les liquidités dans les régions déficitaires d’une union monétaire se réduisent constamment.
    C’est ainsi que se déversa un tsunami de dettes depuis Francfort, la Hollande et Paris – sur Athènes, Dublin, Madrid, sans se préoccuper de la perspective d’une dévaluation de la drachme ou de la lire, puisque nous avons tous l’euro, tous appâtés par l’idée d’un risque sans risques, une conception fantaisiste semée par Wall Street, le berceau de cette horrible «financiarisation».
    Autrement dit, les torrents de dettes dans des pays telle la Grèce étaient l’envers de la médaille des excédents commerciaux de l’Allemagne. Les dettes de la Grèce et de l’Irlande envers les banques allemandes privées permirent de maintenir les exportations allemandes vers la Grèce et l’Irlande. Cela est comparable à l’achat d’une voiture chez un vendeur qui vous fournit en même temps le prêt pour que vous puissiez vous permettre cet achat. On appelle cela le financement de l’offrant (vendor-finance).
    Voyez-vous le problème? Pour maintenir l’excédent commercial d’un Etat à l’intérieur d’une union monétaire, le système bancaire doit entasser des dettes auprès des Etats déficitaires. Il est vrai que l’Etat grec fut un débiteur irresponsable. Mais, Mesdames et Messieurs, à tout débiteur irresponsable correspond un créancier irresponsable. Prenez comme exemple l’Irlande ou l’Espagne et comparez les avec la Grèce. Les gouvernements de ces pays n’étaient pas irresponsables, à l’encontre du nôtre. Finalement le secteur privé de ces pays reprit les dettes accumulées dont le gouvernement ne voulait pas. L’ensemble des dettes à la périphérie était l’envers des excédents des Etats du Nord.
    C’est pourquoi il est inutile de réfléchir sur les dettes dans un contexte moral. Nous avons une union monétaire qui, par ses règles, a engendré des dettes insupportables. C’est nous qui l’avons construite. Nous en sommes tous responsables, en tant qu’Européens. Nous devons résoudre ce problème ensemble. Sans montrer les autres du doigt, sans remettre la faute aux autres.
    Jusqu’en 2009, les médias grecs étaient particulièrement fiers que leur pays croissait plus vite que l’Allemagne. Ils se trompaient. C’était une croissance reposant uniquement sur l’endettement continuel, sur l’effet «boule de neige». Lorsque nos bulles éclatèrent, les médias allemands rejetèrent la faute sur la mentalité de gaspillage dans les pays de la périphérie et les dénoncèrent comme de mauvais Européens qui obtenaient maintenant ce qu’ils méritaient. Cependant, la presse allemande commit elle aussi une erreur. Suite au système problématique du recyclage soutenu par les banques, les dettes exorbitantes de la périphérie soutenaient l’essor de l’industrie des machines et du système bancaire allemand et français.
    En résumé, c’est le recyclage des excédents de la zone euro qui était au centre du problème. La Grèce et l’Irlande en prirent un sale coup de la part de cette zone euro mal conçue. Nous avons assisté à un effondrement pour sauver les banques qui étaient à l’origine de ce recyclage mal mené. Pour sauver une zone euro économiquement incapable d’absorber les vagues de chocs provoquées par la crise financière que sa construction créa et qui était politiquement opposée à revoir le mécanisme du recyclage des excédents.
    Depuis cinq ans, l’Europe et trois différents gouvernements grecs ont fait comme si la crise était résolue, alors même qu’ils la prolongeaient. Ils firent semblant de croire qu’on pouvait éviter la banqueroute de l’Etat en concédant des crédits en constante augmentation, accordés au prix d’une politique d’austérité ponctionnant les revenus de la population, et minant les possibilités de l’Etat de rembourser. Entre-temps, la grande dépression (Great Depression) s’est installée, le centre politique s’est effondré, les enfants sous-alimentés sont pris de malaises pendant les leçons en classe et de plus des nazis réapparaissent de l’ombre.
    Comme je l’ai déjà dit, il est inutile de se renvoyer la faute. Qui est responsable de la crise? Nous avons mis sur pied une zone euro avec un mécanisme de recyclage des excédents devant nous mener, immanquablement, à une crise provoquant des victimes un peu partout. Plus nous tarderons à en prendre conscience, plus nous nous enfoncerons dans cette erreur collective.
    J’ai fait allusion, tout à l’heure, à la fable d’Esope qui a causé tant de tort à la compréhension entre nos peuples à leurs relations et à leur respect mutuel. Permettez-moi de la raconter d’une nouvelle façon, plus proche des circonstances économiques réelles de la zone euro.
    D’abord, j’espère que vous êtes d’accord avec moi que l’idée que les fourmis se trouvent toutes au nord de l’Europe et que les cigales sont toutes réunies au sud, à la périphérie, paraîtrait comique si elle n’était pas si insultante et destructive envers notre projet européen commun.
    Après la mise en place de l’euro, ce qui s’est passé pendant la période faste c’est que les fourmis ont travaillé dur partout, en Allemagne comme en Grèce. Et elles avaient du mal à joindre les deux bouts, en Allemagne comme en Grèce. Par contre, en Grèce comme en Allemagne, pour les cigales, c’était la foire de la finance.
    L’afflux de capitaux privés allemands vers la Grèce a permis aux cigales du Nord tout comme à celles du Sud de générer à leur profit une énorme richesse virtuelle aux dépens des fourmis – les fourmis allemandes et les fourmis grecques. Puis, quand la crise a frappé, ce sont les fourmis du Nord et spécialement celles du Sud, les fourmis grecques, qui ont été mises à contribution pour renflouer les cigales des deux nations.
    Ces plans de sauvetage ont coûté cher aux fourmis. Les fourmis grecques, en particulier, ont perdu leurs emplois, leurs maisons, leurs pensions, tandis que les fourmis allemandes se sentaient trahies lorsqu’elles entendaient parler de ces milliards qu’on versait aux Grecs alors même que leur propre niveau de vie stagnait malgré leurs efforts productifs. Pour ce qui est des cigales grecques, certaines aussi ont souffert mais les plus grosses n’ont rien eu à craindre: elles ont exporté leurs fonds mal acquis vers Genève, Londres et Francfort. Et tout le long du chemin vers la banque, elles riaient.
    C’est cela qui est tellement négatif dans un plan de sauvetage financier. Ce n’est pas que les Allemands n’ont pas assez payé pour les Grecs. Ils ont beaucoup trop payé, pour les mauvaises raisons. Plutôt que d’aider les Grecs, l’argent a été versé dans un trou noir de dettes insoutenables tandis que partout le peuple souffrait. De la croissance nourrie par la dette nous sommes passés en boucle à l’austérité alimentée par la dette.
    C’est pour mettre fin à ce cercle vicieux que notre gouvernement a été élu.
    Depuis 2010, au sein de notre parti, et moi tout particulièrement, nous nous sommes opposés à ces plans de sauvetage qui ne faisaient qu’empiler une nouvelle dette sur l’insoutenable dette publique grecque déjà existante sous couvert d’une stricte austérité menant à réduire tous les revenus et plongeant ainsi la Grèce encore plus dans l’insolvabilité, la dépression et la misère. Nous nous sommes élevés contre cet acte de pure folie consistant à faire passer la dette de l’Etat grec des registres des banques privées sur les épaules des contribuables européens. Cela ne ferait que dresser les nations les unes contre les autres sans apporter le moindre remède à l’insolvabilité de la Grèce.
    Les cinq années écoulées ont prouvé que nous avions raison et c’est pourquoi nous avons été élus. Dès le jour de ma prise de fonction j’ai fait une proposition simple à nos partenaires, dans l’Eurogroupe et ailleurs: comme nous avons été élus pour remettre en question le programme auquel vous croyez et auquel vous voudriez que nous nous soumettions, les négociations pourraient se prolonger. Alors menons ces négociations de bonne foi. Mais mettons-nous également d’accord par ailleurs, et le plus rapidement possible, sur les nombreuses réformes dont nous convenons tous qu’elles sont absolument nécessaires et que les précédents gouvernements ont refusé de mettre en œuvre. Faisons adopter par notre Parlement, d’un commun accord, trois ou quatre projets de lois qui luttent contre l’évasion fiscale, mettent sur pied une administration fiscale complètement indépendante, s’attaquent à la corruption, réforment le code de l’impôt sur le revenu, régulent et taxent les chaînes de télévision, etc. etc. Mettons ces réformes en œuvre immédiatement pendant que les négociations «élargies» et «exhaustives» continuent.
    La réponse que j’ai reçue était sans équivoque: «Non! Jusqu’à ce que la révision complète du Programme grec ait été menée à bien, vous ne pouvez faire adopter aucun projet de loi par le Parlement. Toute législation de ce type sera considérée comme une action unilatérale et mettra en péril vos relations avec les institutions». Et c’est ainsi que les négociations ont trainé, trainé, épuisant notre énergie pendant que l’économie stagnait et que d’importantes réformes attendaient toujours d’être légiférées.
    On me demande souvent: «Quoi qu’il en soit, pourquoi n’avez-vous pas conclu les négociations avec les institutions? Pourquoi n’avez-vous pas trouvé un accord rapidement?» Il y a trois raisons à cela.
    Premièrement, les institutions insistent sur des indicateurs macroéconomiques économiquement insupportables. Considérons trois d’entre eux, cruciaux, concernant les sept années à venir: le taux de croissance moyen, l’excédent primaire moyen et l’amplitude moyenne des mesures fiscales (c’est-à-dire les nouveaux impôts, les baisses des retraites et des pensions). Les institutions nous proposent des chiffres qui sont en contradiction les uns avec les autres. Elles partent du principe que la Grèce pourrait atteindre un taux de croissance moyenne d’environ 3%. Tout cela est bien beau, mais alors, pour rester en ligne avec leur «but» qui est de démontrer que notre dette peut descendre jusqu’à 120% de notre revenu national en 2022, elles exigent des excédents primaires en hausse de plus de 3%, avec d’importantes mesures fiscales permettant d’atteindre ces excédents primaires. Le problème dans ce cas, c’est que si nous acceptions ces données et imposions ces excédents fiscaux hautement générateurs de récession à notre faible économie, nous n’atteindrions jamais le taux de croissance de plus de 3% auquel elles font référence. Le résultat d’un accord avec les institutions sur ces insupportables indicateurs fiscaux serait que la Grèce, une fois de plus, échouerait misérablement à remplir les objectifs de croissance attendus, avec des conséquences épouvantables pour notre peuple et notre capacité à rembourser nos dettes. En d’autres termes, l’échec spectaculaire des cinq dernières années va se prolonger dans l’avenir. Comment notre gouvernement pourrait-il y consentir?
    Deuxièmement, nous sommes peut-être un gouvernement idéologiquement proche de la Gauche radicale mais malheureusement ce sont les institutions qui, en véhiculant des fixations idéologiques, rendent un accord impossible. Prenez par exemple leur insistance sur le fait que la Grèce doit devenir une zone exempte de protection du travail. Il y a deux ans la troïka et le gouvernement ont démantelé toutes les conventions collectives. Les travailleurs grecs ont été livrés à eux-mêmes dans les négociations avec les employeurs. Les droits du travail, dont la conquête avait pris plus d’un siècle, ont été balayés en quelques heures. Le résultat n’a pas été la croissance de l’emploi ou un marché du travail plus efficace. Le résultat a été un marché du travail où plus d’un tiers du travail salarié n’est pas déclaré, condamnant ainsi les fonds de pension et les recettes fiscales du gouvernement à la crise permanente. Notre gouvernement a soumis une proposition extrêmement raisonnable: porter l’affaire devant l’Organisation internationale du travail (OIT) afin qu’elle nous aide à rédiger un projet de loi moderne, flexible et favorable aux entreprises qui restaure la convention collective à la place qui lui revient de droit dans une société civilisée. Les institutions ont rejeté cette proposition, traitant notre proposition de «marche arrière sur les réformes».
    La troisième raison qui a fait que nous n’avons pu nous entendre avec les institutions réside dans les mesures insupportables et socialement injustes sur lesquelles elles ont insisté. En Grèce par exemple, les retraites les plus basses s’élèvent à 300 euros, desquels plus de 100 euros sont constitués par ce que l’on appelle la «pension de solidarité» ou EKAS. Les institutions insistent pour que nous éradiquions l’EKAS tout en proposant que nous augmentions dans le même temps la TVA sur les médicaments (dont les retraités sont consommateurs) de 6% à 12% et l’électricité de 13% à 23%. Bref, aucun gouvernement ayant la moindre sensibilité envers le sort des plus démunis de ses citoyens ne peut tomber d’accord avec de telles propositions.
    Je pourrais continuer longtemps en égrenant la litanie des demandes inacceptables de nos créanciers. Je ne vais pas le faire. Je suis sûr que vous avez compris l’essentiel.
    En résumé, nous devons accepter des réformes adéquates et profondes et les intégrer dans un grand dispositif de mesures qui mette un terme définitif à la crise grecque. Outre ces profondes réformes, les deux éléments de ce large accord doivent être un mécanisme rendant la dette publique grecque supportable (sans amortissement draconien de la dette ni attribution de nouveaux fonds à l’Etat grec) et un ensemble d’investissements qui relance l’économie et influe sur l’investissement privé.
    L’accélération excessive de la dette publique a déclenché la crise grecque. Seul un enraiement de cette dette mettra fin à la crise. Voici ce que nous proposons:
    La Grèce acquiert du Mécanisme européen de stabilisation financière (MESF) des obligations nouvelles d’un montant de 27 milliards d’euros, ce qui lui permet de racheter à la Banque centrale européenne (BCE) les anciennes obligations achetées par celle-ci en 2010 (programme de rachat d’obligations d’Etat par la BCE ou SMP) et dont la parité est justement de 27 milliards. Nous les retirons alors immédiatement de la circulation. La créance de la BCE sera donc remboursée intégralement. Le déficit à court terme sera ainsi éliminé, ce qui permettra aux obligations grecques de participer au programme d’assouplissement quantitatif de la BCE et devrait faciliter notre retour sur les marchés monétaires tout en évitant de recourir davantage à l’émission d’emprunts du secteur public. Les titres du SMP remboursés, la BCE remettra à la Grèce, comme prévu, les près de 9 milliards d’euros de «bénéfice» dus à l’achat initial de ces titres au-dessous du pair. La Grèce utilisera ce montant pour rembourser une partie du solde de sa dette (19,96 milliards) envers le FMI. La partie restante, soit 11 milliards, sera refinancée grâce à notre nouvel accès au marché.
    Ce swap suscite une objection évidente: sans que la Grèce ne reçoive de fonds frais, le MESF devra contracter un nouvel engagement et, par conséquent, il faudra adopter de nouvelles conditions. Une simple solution se présente promptement: les mêmes conditions, c’est-à-dire celles de l’ensemble des réformes que nous adopterons pour effectuer le programme en cours, peuvent être utilisées pour le nouvel accord avec le MESF. Un ensemble de conditions que nos Parlements approuveront servira de base au programme en cours et au nouvel accord. Ni la chancelière Merkel ni le Premier ministre Tsipras ne devront se présenter deux fois devant leurs Parlements. Un accord simple et efficace est donc en vue.
    La gestion de la dette est une condition nécessaire, mais non suffisante, pour mettre un terme à la crise grecque. L’économie grecque doit prendre son élan. Alors que l’essor à long terme devra être financé par le secteur privé, le flux d’investissements nécessitera une impulsion initiale. Il faudra aussi un véhicule pour gérer efficacement les volumineux crédits en souffrance qui bloquent actuellement le système de crédits. Telles sont nos propositions à ce sujet:
    Le Conseil européen donne le feu vert à la Banque européenne d’investissement (BEI) pour lancer un programme particulier d’investissement en Grèce, financé intégralement par une émission d’obligations de la BEI (renonciation au financement national conjoint), la BCE assurant la couverture des obligations sur le marché secondaire dans le cadre de son programme d’assouplissement quantitatif. Ce programme sera géré par la BEI et le Fonds européen d’investissement (FEI), en collaboration avec une nouvelle banque de développement de droit public et avec le Fonds européen d’investissements stratégiques de la BEI (FEIS), le Fonds hellénique d’investissement, la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD), la Banque de crédit de reconstruction (KfW) et d’autres institutions européennes d’investissement, ainsi que dans le cadre de nouvelles privatisations, telles celles des ports et des chemins-de-fer.
    Le grand mérite de cette proposition est qu’elle ne coûtera rien aux créanciers. La BEI travaille selon des critères purement bancaires et devrait bénéficier de la croissance rapide de l’économie grecque, ainsi que de la hausse inévitable des prix des actifs. Même avant la première remise de fonds, la simple annonce de cette série de réformes, gestion de la dette et ensemble d’investissements de la BEI, générera des investissements sub­stantiels et mettra fin inévitablement à la crise grecque.
    La crise terminée, l’Europe devra consulter son miroir et se demander comment consolider son union monétaire de manière à éviter que la prochaine crise ne soit mortelle.
    Visiblement, nous avons besoin d’une union politique. Mais de quelle sorte? N’oublions pas que l’Union soviétique était une union politique, même si nous ne souhaitons pas l’imiter. Non, l’objectif de l’Europe est une union politique démocratique, qui plaise à ses peuples.
    Les Européens doivent se poser une importante question: sommes-nous partisans d’une union politique libérale qui tolère ceux qui – tel notre gouvernement – critiquent les politiques européennes actuelles, mais sont attachés à l’UE? ou voulons-nous une union politique qui n’admette aucun écart par rapport à la doctrine néolibérale et tente d’abattre, au détriment de la démocratie, les pro-européens perturbateurs du genre du gouvernement Syriza. Laissez-moi présager que, si l’Europe opte pour cette dernière solution, elle sera finalement dominée par des antieuropéens qui haïssent l’Europe et tout ce qu’elle incarne, et qui veulent la ramener au tribalisme nationaliste qui a causé tant de morts au cours des siècles.
    Malheureusement, quelques leaders européens pensent que sacrifier la Grèce, telle une Iphigénie moderne, permettra de mettre le cap sur l’union politique grâce à une discipline que la crainte du «Grexit» aura mise dans les cœurs et dans les têtes. Je crains que ce ne soit une tentative de préserver un modèle dépassé en recourant, à un rythme croissant, à l’autoritarisme et à la récession. Il en résulterait une scission de l’Union ainsi que des frais économiques et humains considérables.
    Permettez-moi d’évoquer une autre héroïne de la tragédie athénienne antique: Antigone. Elle symbolisait la mise en question de normes injustes; de règles qui violent les principes fondamentaux de bienséance et de justice. Bien sûr, elle n’était pas une anarchiste et croyait aux normes. Hélas, elle croyait que si quelqu’un était en présence de mauvaises règles, de règles contraires à la condition humaine, il était de son devoir de mettre ces normes en question et de les remplacer par d’autres règles, plus conformes aux objectifs humains.
    A votre avis, qu’est-ce qui convient le mieux au projet européen? La stratégie d’Agamemnon résolu à sacrifier Iphigénie? Ou la tendance d’Antigone à établir de meilleures règles? L’idée de détacher la Grèce de la zone euro, afin de discipliner le reste de celle-ci ? Ou l’idée de rapprocher chacun des autres grâce à des politiques saines, sensibles et humanistes?
    Le principal problème est que cette crise a sapé notre volonté politique de rapprocher, dans le respect de la souveraineté nationale, des économies asymétriques d’union monétaire. A juste titre, les citoyens tournent le dos à l’union monétaire. Ils commencent même à se rassembler, non pas autour de la souveraineté nationale, mais du chauvinisme et des stéréotypes.
    La grande question devient donc: est-il possible de donner davantage de souveraineté aux peuples de notre union monétaire asymétrique tout en introduisant un mécanisme efficace, non-toxique, de recyclage des excédents?
    Je pense que c’est possible. Mais les explications et les débats sur la manière d’y parvenir nécessiteraient une autre longue séance.
    Le 6 septembre 1946, James F. Byrnes, ministre des Affaires étrangères, se rendit à Stuttgart pour y tenir son «Discours de l’Espoir». Il devait instaurer un changement de paradigme de l’Amérique envers l’Allemagne et donner à la Nation vaincue une chance de réinventer une façon de se relever, grandir et retourner à la norme.
    Jusqu’à ce que le discours de J. Byrnes inondât de ses rayons d’optimisme l’Allemagne occupée, les Alliés s’accordèrent dans leur engagement de faire de l’Allemagne un pays principalement agricole et rural. Le discours de Byrnes signala au peuple allemand un revirement dans la voie punitive de désindustrialisation prévoyant la destruction de 706 installations industrielles.
    L’Allemagne doit sa restauration d’après-guerre et sa prospérité à son peuple, à son dur labeur, à l’innovation et à l’engagement pour une Europe unie et démocratique. Sans le Discours de l’Espoir et sa signification, elle n’aurait pourtant pas été à même de maîtriser cette magnifique renaissance d’après-guerre.
    Avant le discours de Byrnes et même pendant quelques temps après celui-ci, les alliés des Etats-Unis n’étaient pas très enthousiastes à l’idée de redonner de l’espoir aux Allemands vaincus. Cependant, une fois que Washington eut décidé de réhabiliter l’Allemagne, il n’y eut pas à y revenir et sa renaissance fut programmée, facilitée par le Plan Marshall, l’effacement des dettes sponsorisé par les Etats-Unis en 1953, mais également par l’immigration massive de travailleurs italiens, yougoslaves et grecs.
    Sans ce changement fondamental, l’Europe n’aurait pas été en mesure de trouver le chemin de la paix et de la démocratie. Quelqu’un devait mettre de côté ses propres objections morales pour pouvoir jeter un regard lucide sur une Nation bloquée par une série de circonstances pouvant semer la discorde et la dispersion à travers le continent. C’est exactement ce que firent les Etats-Unis, seule Nation créancière émergeant de la guerre.
    70 ans plus tard, une autre nation se trouve bloquée dans ce piège sans remède, faisant des vagues en Europe, et duquel elle ne peut se libérer sans une variante du Discours de l’Espoir de J. Byrnes. La Grèce! De nombreuses objections morales font obstacle lorsqu’il s’agit de donner une chance au peuple grec et de lui permettre de s’en sortir. Une austérité imposante est demandée à une économie déjà à genoux parce qu’elle doit supporter les mesures les plus draconiennes qu’un pays ait eu à supporter en temps de paix. Aucune proposition de remise de dettes, aucun plan de relance aux investissements et en tout cas pas de discours de l’espoir pour ce peuple en situation d’échec.
    Le gouvernement grec a présenté une série de propositions pour de profondes réformes, pour la gestion des dettes ainsi que pour un plan d’investissements permettant de relancer l’économie. La Grèce est vraiment prête et a la volonté de s’engager dans un contrat avec l’Europe visant à éradiquer les malignités qui l’ont conduite à être le premier domino tombé en 2010. Nous sommes prêts à assumer notre rôle en développant un programme de restructuration approprié et soutenable pour la zone européenne, de faire nos devoirs et de respecter les règles que nous érigeons avec nos amis allemands.
    Cependant, pour que ces réformes puissent conduire la Grèce au succès, il manque un ingrédient: l’espoir!
    Un discours de l’espoir pour la Grèce est ce dont nous avons besoin aujourd’hui.
    Un discours de l’espoir serait en fait même un bénéfice pour nos créanciers car notre renaissance éliminerait la probabilité d’une défaillance.
    Que doit-il inclure? Un discours de l’espoir n’a pas à être technique. Il devrait simplement signaler un changement de paradigme, une rupture avec les cinq dernières années pendant lesquelles de nouveaux prêts ont été ajoutés à une dette déjà insoutenable de pair avec des conditions punitives de plus en plus austères.
    Qui ferait cela? A mon avis la chancelière allemande.
    Où? A Athènes ou à Thessalonique ou dans une autre ville grecque de son choix.
    Elle devrait saisir l’opportunité pour faire allusion à une nouvelle approche de l’intégration européenne qui commence dans le pays qui a le plus souffert, victime de la structure monétaire erronée de l’Europe et des erreurs de sa propre société.
    Note pratique: laissez-moi vous informer, Mesdames et Messieurs, que nous avons parmi nous un grand ami et collègue, James Kenneth Galbraith, le fils du véritable auteur du Discours de l’Espoir de Byrnes,
    John Kenneth Galbraith. S’il le fallait, je suis sûr qu’il pourrait aider à élaborer un discours qui pourrait changer l’Europe, tout comme l’a fait le discours de Byrnes en 1946.
    Permettez-moi de terminer sur une note très personnelle.
    Un des souvenirs les plus marquants de ma petite enfance est le grésillement émis lors de la radiodiffusion de la Deutsche Welle. C’était pendant les années sans espoir sous notre dictature de 1967 à 1974, durant lesquelles la Deutsche Welle était le plus précieux allié contre l’écrasant pouvoir de l’oppression étatique.
    Ensemble maman et papa se serraient contre cette alliée sans prix, parfois recouverts d’une couverture pour être certains que des voisins curieux ne puissent les dénoncer à la police secrète. Nuit après nuit, ces émissions radio «interdites» apportaient un halo d’air frais depuis un pays, l’Allemagne, qui se tenait fermement aux côtés des démocrates grecs. Bien que j’étais trop jeune pour comprendre ce que la radio disait à mes parents écoutant avec ferveur, ma représentation enfantine identifiait l’Allemagne comme une source d’espoir.
    C’est de cela qu’il s’agit. Dans cette optique, je termine par un hommage à mes amis allemands, qui gardent présents les grésillements de transmission de la Deutsche Welle, pertinents et toujours source d’inspiration.    •

    Source: http://yanisvaroufakis.eu/2015/06/09/greeces-future-in-the-eurozone-keynote-at-the-hans-bockler-stiftung-berlin-8th-june- 2015/#more-8001 

    (Traduction Horizons et débats)

    Yanis Varoufakis

    Yanis Varoufakis (né en 1961) étudia les mathématiques économiques à l’Université d’Essex et les statistiques mathématiques à l’Université de Birmingham. En 1987, promotion en économie en Essex, de 1986 à 1988 professeur et enseignant à l’Université de Cambridge, chargé de cours aux Universités de East Anglia de Norwich/UK (1986–88) et de Glasgow (1995–96).
    De 1988 à 2002 professeur et enseignant à l’Université de Sydney. En 2000, il est nominé Professeur en économie à l’Université d’Athènes. Dès 2013, il est Professeur associé à la Lyndon B. Johnson Graduate School of Public Affairs à l’Université du Texas à Austin aux Etats-Unis.
    En 2004, il est nominé par Giorgos Andrea Papandreou, président du PASOK, au poste de conseiller économique du parti. En décembre 2006, Yanis Varoufakis s’est distancé néanmoins de Papandreou, parce qu’il ne voulait pas soutenir la politique économique du PASOK. En 2015, il est élu pour Syriza au Parlement grec et le 27 janvier 2015 nominé par Alexis Tsipras en tant que ministre des Finances.

    «Ce n’est pas que les Allemands n’ont pas assez payé pour les Grecs. Ils ont beaucoup trop payé, pour les mauvaises raisons. Plutôt que d’aider les Grecs, l’argent a été versé dans un trou noir de dettes insoutenables tandis que partout le peuple souffrait. De la croissance nourrie par la dette nous sommes passés en boucle à l’austérité alimentée par la dette.»


     «Soit bien dit, nos salaires ont baissé de 38%, pas de 17, pas de 18, pas de 28 mais bien de 38%. Certains diront: vous l‘avez bien mérité. Vous avez vécu au-dessus de vos moyens, vous n‘avez pas assez produit, vous étiez paresseux, avez fait de longues vacances et de longues pauses à midi. Peut-être, mais oublions cela. Je ne veux pas le contredire. J‘insiste sur ce qui suit: 38% de baisse des salaires, une baisse substantielle des coûts de production, et malgré tout des exportations minimes. C‘est du jamais vu, nulle part. C‘est un échec crucial. Les gens se plaisent à dire que c‘est parce que les Grecs n‘ont pas fait de réformes et admettons que rien ne s‘est passé. Même si ce n‘est pas correct, laissons cela pour l‘amour de l‘argument. Le fait qu‘on ait une telle baisse des coûts du travail sans la moindre augmentation des exportations signifie que quelque chose a vraiment cloché. Mais quoi? Disons les banques. En Grèce, nous avons des entreprises rentables orientées vers l‘exportation avec des carnets de commandes pleins, mais elles ne reçoivent pas de crédits. Ainsi, elles ne peuvent pas acheter les matières premières nécessaires à la production des produits que les clients hors des frontières de la Grèce désirent. Lorsque ces entreprises s’adressent aux banques, elles s‘entendent dire qu‘un crédit est impossible vu l’envergure des créances douteuses. Et si elles vont à Francfort ou à Paris, vous savez ce qu‘on leur dit? Transférez votre siège principal ici et on vous les donnera, ces crédits. Ce n‘est pas ainsi qu‘on peut mener une union monétaire.»

    Prise de position du professeur Yanis Varoufakis lors du débat public après l’exposé à la fondation Hans Böckler, le 8 juin 2015.
    (A écouter sur http://livestream.com/dmake/zukunft/videos/89664402; traduction «Horizons et débats»)

    Die Zukunft Griechenlands in der EU


    0 0

    A TABLE>LES PIERRES PLATES>Venez déjeuner aux Pierres Plates et contempler le coeur des 3 vallées>I LOVE YOU MERIBEL>La montagne l'été>Dipl.Ing.Stefan Raducanu-FranceWebAsso>Méribel été>I love Méribel>Ma semaine à Méribel>>Bien être >Plaisirs de montagne>

     

    ET SI ON SORTAIT ?

     

    Sortir de la grisaille du bitume urbain,

     

    Sortir de la pollution des échappements,

     

    Sortir d'un quotidien un peu plat,

     

    Sortir de la torpeur des habitudes,

     

    Sortir d'une bousculade dans le métro,

     

    Sortir des embouteillages, des files d'attente...Ou tout simplement, sortir des joutes quotidiennes pour un peu plus de place..

     

    Voici le conseil de votre séjour à la montagne : SORTIR !

     

    Vibrer, sentir, frémir, déguster, rires, courir, transpirer... ou juste respirer.

     

    Et toujours pour en prendre plein la vue, plein les papilles, plein les jambes ou plein le coeur.

     

    Bienvenue. Suivez le guide. 

     

    BAR-SOLARIUM RESTAURANT TRADITIONNEL SANDWICHERIE

     

    Terrasse Panoramique à 2738m

     

    Venez déjeuner aux Pierres Plates et contempler le coeur des 3 vallées depuis les sommets.
    Dans un cadre époustouflant, il offre une vue panoramique,  sur tout le domaine skiable des Trois Vallées, ainsi que sur une grande partie du Massif Alpin.
    Fermez les yeux et imaginez ! Vous arrivez à 2738 mètres d’altitude, sortez des cabines, marchez quelques pas, et maintenant… ouvrez les yeux !

     

    La beauté d’un lieu encore sauvage, l’immensité du grand blanc, les glaciers en toile de fond, les pics infinis du massif alpin, tout est rassemblé pour vous faire vivre une expérience incroyable !

     

    Un moment unique de gastronomie et de convivialité vous attend.

     

    Installez-vous dans les chaises longues et profitez de la douceur de l'après-midi. Vous n'aurez plus qu'à contempler et respirer !

     


    0 0

    Chalet Rachelle

    'NewsCenterNavigator'

     INTO DIGITAL WORLD

      Put the World's News at your fingertips 24 hours a day. Get ahead of the world's emerging stories

     Your instant Connection to Local, National and World News
     All global sources in one app!  Newspapers, Radio, Tv, in local, regional, national , international . A quick way to browse and read Global News.

      LOCAL - REGIONAL - NATIONAL -  INTERNATIONAL

      WEB PAGES, NEWSPAPERS, ARTS, ARTICLES, NEWSGROUPS, BLOGS, BRIEFING, BUSINESS, CULTURE, ECONOMIY, ENTREPRENEURS, EDUCATION, FINANCE, IDEAS, HEALTH, MARKETS, LEADERSHIP, LIFE, LIVING, MULTIMEDIA, OPINION, SPORTS, TECHNOLOGY, TECH, WORLD, WHEATHER,  POLITICS,  PUBLIC DATABASES, MAILING LISTS AND MORE...

     A Day in the World        Discover the World !

     News You Can Use At Your Fingertips,  Is Just A Click Away !

     "Live, enjoy, invest, follow the guide"

     
              World News on the Web."Quickfinder

     A complet collection of World newspapers,Radio, Tv, ...

     

     Delivers what You need

     "It's just a beautiful program. That's what I say to everyone."

      Contact :Stefan Raducanu: +33 (0)1 39 65 50 34   +33 (0)6 21 97 47 99


    0 0

    Une économie digitale

    Certes, il s'agit d'un petit État par sa population – un peu moins de 17 millions d'habitants  – et par sa taille – sa surface est plus de 15 fois inférieure à celle de la France. Pourtant, il présente aujourd'hui tous les signaux d'une grande économie digitale. Selon les chiffres de la Commission européenne,98 % des ménages néerlandais disposent d'une couverture haut débit tandis que la moyenne européenne stagne à 62 %. En ce qui concerne la main d’œuvre, 3,9 % des actifs aux Pays-Bas sont des experts des TIC contre 2,9 % en moyenne en Europe. De même, 75 % de la population dispose de connaissances basiques dans le domaine digital (59 % en Europe). Le gouvernement se fait d'ailleurs l'écho de cette culture numérique en favorisant les services publics en ligne. 61 % des utilisateurs internet néerlandais sont adeptes de ces services digitaux (33 % en Europe) qui sont largement impulsés par le gouvernement : 69 % des formulaires administratifs sont disponibles en ligne (contre 27 % en France, 45 % en Europe en moyenne).   

    Statistiques de l'Union européenne sur la connectivité aux Pays-Bas                         
    Les Pays-Bas jouissent d'un couverture haut débit très importante. 98 % des ménages (97 %  des zones rurales) disposent d'une  couverture haut débit. Source : Commission Européenne
     

    Des start-up dynamiques soutenues par de réelles opportunités de financement

    Côté investissement, StartupJuncture, un média spécialisé dans l'actualité des start-up néerlandaises, a dénombré 75 levées de fonds réalisées en 2014 pour un total de 560 millions de dollars. 8 deals ont d'ailleurs dépassé les 10 millions d'euros. La start-up Adyen, qui œuvre dans le champ du paiement tout support pour les détaillants, a par exemple levé 200 millions d'euros. Selon NVP (Nederlandse Vereniging van Participatiemaatschappijen), l'association néerlandaise du private equity et des venture capitals, 1,6 milliard d'euros aurait été investis par des venture capitals dans des jeunes pousses en 2014, 1 425 entreprises seraient concernées. Aussi, comme le souligne Gui Bulaty, fondateur deCarnomise, start-up proposant un nouveau de modèle de location de voiture via les aéroports, « Les fonds d'amorçage sont probablement plus accessibles à Amsterdam qu'ailleurs ». Intéressant d'entendre ces propos de la bouche d'un entrepreneur franco-brésilien, basé à Amsterdam.

    L'Espace B à Amsterdam Ancien siège social d'IBM à Amsterdam, B. est aujourd'hui un tiers lieux qui accueille aujourd'hui des start-up mais aussi des réunions de grands groupes. 

    L'e-commerce, la e-santé et l'ensemble des thèmes connexes à la smart city sont les sujets de prédilection de l'écosystème néerlandais. Comme le relève Marc Elias, responsable de Startupbootcamp Amsterdam, « le marché de la smart city suscite de l'intérêt à tous niveaux, dans le secteur privé comme public, ce qui vient nourrir un cercle vertueux ».Et si plusieurs villes tirent l'innovation vers le haut à l'instar d'Utrecht, Rotterdam, Delft ou encore La Hague – les Pays-Bas ont d'ailleurs leur équivalent French Tech avec Startup Delta dirigé par Neelie Kroes, Amsterdam concentre un véritable vivier d'entrepreneurs et une reconnaissance internationale plus qu'avantageuse grâce aux entreprises qu'on ne présente plus, Booking.com ou encore WeTransfer. Bien sûr, l'écosystème néerlandais attend encore de voir émerger plus de success stories afin d'attirer de nouveaux acteurs, investisseurs de tous types notamment.

    Retrouvez nos articles sur deux start-up du programme d'accélération Smart Energy de Rockstart : Swuto et Bleeve

    Commission priority

    Digital Single Market

    Bringing down barriers to unlock online opportunities


     

    Digital Single Market: making the EU's single market freedoms "go digital"

    The internet and digital technologies are transforming our world. But existing barriers online mean citizens miss out on goods and services, internet companies and start-ups have their horizons limited, and businesses and governments cannot fully benefit from digital tools.

    It's time to make the EU's single market fit for the digital age – tearing down regulatory walls and moving from 28 national markets to a single one. This could contribute €415 billion per year to our economy and create 3.8 million jobs.

    Policy areas

    The Digital Single Market strategy is made up of three policy areas or 'pillars'

    Marché unique numérique

    Supprimer les obstacles pour exploiter pleinement les possibilités offertes par internet

    • Mise en œuvre par:
      • Andrus Ansip Choisir les traductions du lien précédent
      • Günther H. Oettinger Choisir les traductions du lien précédent
      • Autres
      • Cecilia Malmström Choisir les traductions du lien précédent
      • Vytenis Andriukaitis Choisir les traductions du lien précédent
      • Marianne Thyssen
      • Pierre Moscovici
      • Phil Hogan Choisir les traductions du lien précédent
      • Jonathan Hill Choisir les traductions du lien précédent
      • Violeta Bulc Choisir les traductions du lien précédent
      • Elżbieta Bieńkowska Choisir les traductions du lien précédent
      • Vĕra Jourová Choisir les traductions du lien précédent
      • Tibor Navracsics Choisir les traductions du lien précédent
      • Corina Creţu Choisir les traductions du lien précédent
      • Margrethe Vestager Choisir les traductions du lien précédent
      • Carlos Moedas Choisir les traductions du lien précédent

     

    Marché unique numérique: faire en sorte que les libertés qui fondent le marché unique de l’UE s'appliquent également au numérique

    Internet et les technologies numériques sont en train de transformer le monde dans lequel nous vivons. Il existe toutefois des obstacles qui entravent l'accès des citoyens aux biens et aux services en ligne, limitent l'horizon des entreprises et des start-ups du secteur de l'internet et empêchent les entreprises et les États de tirer pleinement parti des outils numériques.

    Il est temps d'adapter le marché unique de l’UE à l’ère numérique, de faire tomber les barrières réglementaires et de transformer les 28 marchés nationaux en un marché unique. Ce marché pourrait générer 415 milliards d’euros par an pour notre économie et créer 3,8 millions d’emplois.

    Domaines d'action

    La stratégie pour le marché unique numérique repose sur trois domaines d’action ou «piliers»:


    0 0

    • Tirer le meilleur parti de l’économie des données et de l’informatique en nuage

      D’énormes quantités de données sont créées par des personnes ou générées mécaniquement, y compris dans le domaine des mégadonnées («big data»). Ces mégadonnées sont un moteur pour la croissance, l’innovation et la numérisation, mais il faut régler les problèmes liés à la propriété, à la protection des données et aux normes. La Commission lancera des initiatives sur la libre circulation des données et sur un nuage européen.

    • Moderniser le droit d’auteur

      Moderniser la législation relative au droit d’auteur et assurer un juste équilibre entre les intérêts des créateurs et ceux des consommateurs. L'objectif est de permettre aux citoyens d'accéder plus facilement à la culture, d'encourager la diversité culturelle et d'ouvrir de nouvelles perspectives pour les artistes et les créateurs. La Commission va également renforcer les mesures de lutte contre les atteintes aux droits de propriété intellectuelle portées à une échelle commerciale.


    0 0

    stefan de france,dipl.ing.stefanv.raducanu,voyage,vacances,randonnée,balades,votr voyage en vanoiseRandonnée, marche nordique, course d'orientation: que des bienfaits!

     
    stefan de france,dipl.ing.stefanv.raducanu,voyage,vacances,randonnée,balades,votr voyage en vanoise
    Randonnée, marche nordique ou course d'orientation: découvrez les bienfaits de la marche. Bonne pour le cœur et excellente pour le moral.

    • La randonnée, chacun son rythme

    Le principe: Marcher dans la nature en suivant les GR (chemin de grande randonnée), balisés en rouge, ou PR (promenade et randonnée), balisées en jaune. Depuis quelques années, les GR de pays sont apparus pour valoriser des randonnées mêlant culture et patrimoine.

    Pour qui: Pour tous. Il suffit d’adapter la vitesse, la distance, la charge transportée (ne pas dépasser 10 kg) à sa condition physique. Vérifiez le dénivelé de votre itinéraire sur une carte qui indique l’altitude par des courbes de niveau. Plus elles sont rapprochées, plus ça grimpe! Pour ceux qui souffrent d’arthrose, le port de chaussures à semelles viscoélastiques absorbant les vibrations ou de genouillères est conseillé.

    Le plus: Regardez autour de vous et respirez à pleins poumons. La nature, les paysages et l’air pur sont les plus grands plaisirs des randonneurs! 

    L’équipement: Là aussi, il s’agit de l’adapter au terrain, mais aussi à la durée du trajet. Dans tous les cas, les chaussures montantes avec semelles adhérentes sont indispensables. Des vêtements en Gore-Tex, un tissu à la fois respirant et imperméable, sont bien adaptés.

    Lire aussi: les sentiers de randonnée dans les Alpes

    stefan de france,dipl.ing.stefanv.raducanu,voyage,vacances,randonnée,balades

    stefan de france,dipl.ing.stefanv.raducanu,voyage,vacances,randonnée,baladesstefan de france,dipl.ing.stefanv.raducanu,voyage,vacances,randonnée,baladesRando Vanoise, cet été randonnez malin ! 40 itinéraires à la carte, préparés pour vous par les gardes-moniteurs, pour découvrir Col du Sufre

    stefan de france,dipl.ing.stefanv.raducanu,voyage,vacances,randonnée,balades,votr voyage en vanoisestefan de france,dipl.ing.stefanv.raducanu,voyage,vacances,randonnée,balades,votr voyage en vanoiseVisitez 10 points d'intérêt de la Vallée de Méribel, version été !


    0 0

    Tout mène au mobile 

    « La raison pour laquelle quelqu’un écrirait des apps universelles ce n’est pas nos 3% de part dans les téléphones. C’est car un milliard de consommateurs auront un Menu Démarrer, qui va recevoir votre app » déclare Nadella.

    Et le mobile alors ? « La mise à jour gratuite pour Windows 10 est destinée à améliorer notre position sur le téléphone. C’est pour cela que j’ai pris cette décision. Si une personne veut savoir si je suis engagé dans Windows Phone, il devrait penser à ce que je viens juste de faire avec la mise à jour gratuite de Windows plutôt que de savoir si je fais quatre nouveaux modèles de smartphones d’entrée de gamme » affirme le PDG, interrogé sur le recul du nombre de nouveaux Lumia .

    Ainsi pour Satya Nadella, une concurrence frontale n’est pas la solution et Microsoft doit opter pour une autre tactique basée notamment sur les applications universelles de Windows 10. « Si vous venez sur Windows, vous serez également sur le téléphone. Même si vous choisissez Windows en raison de HoloLens, de la Xbox, ou si c’est pour le desktop, tout cela vous amène vers le téléphone » poursuit-il.


    0 0

    Poutine mène BRICS Uprising

    Par Mike Whitney

    14 juillet 2015 " Centre d'information " - " Counterpunch "-   Il ya eu une panne virtuelle des nouvelles de la septième sommet BRICS annuel de cette année à Ufa, en Russie. Aucune des organisations de médias traditionnels couvrent les réunions ou de faire toute tentative d'expliquer ce qui se passe. En conséquence, le peuple américain restent largement dans l'obscurité sur une puissante coalition de nations qui mettent en place un autre système qui permettra de réduire considérablement l'influence américaine dans le monde et mettre fin à l'ère actuelle de la règle de superpuissance.

    i can help,stefan de france,mycenternavigator,collecter,intégrer,organiser et analyser,datacenter,bigdataI Can Help by Billy Swan - YouTube

     

    bigdata,mynewscenternavigator,i can help,stefan de france,francewebassoMyNewsCenterNavigator

    i can help,stefan de france,mycenternavigator,collecter,intégrer,organiser et analyser,datacenter,bigdata


    0 0

    1agld1r.gifL'avenir du stockage en 2015 et au-delà

    Stockage : La technologie de stockage se développe dans deux dimensions : la manière dont elle fonctionne et celle dont elle est utilisée. 2015 sera une année marquée par des améliorations majeures dans ces deux dimensions, même si elles seront évolutives plutôt que révolutionnaires.

    La concurrence entre les systèmes de stockage sur disque dur et sur mémoire Flash continuera de susciter des développements dans les deux technologies. La mémoire Flash l'emporte s'agissant des performances et bénéficie des améliorations prédites par la loi de Moore en termes de coût par bit, mais elle présente des limitations croissantes en matière de cycle de vie et de fiabilité. Sa progression sera déterminée par la découverte de solutions bien structurées à ces problèmes. Le stockage sur disque dur, quant à lui, a l'avantage en termes de coût et de capacité. Le maintien de ces avantages motive principalement sa feuille de route.

    Disques durs

    Les développements concernant le disque dur continuent de combiner une hausse de la capacité avec des performances stables ou supérieures à un moindre coût. Par exemple, Seagate a introduit début 2014 un disque de 6 To qui peaufinait les techniques existantes, avant d'annoncer à la fin de l'année un disque de 8 To basé sur la technologie d'enregistrement magnétique en bardeaux (SMR). Cette technologie permet aux pistes du disque de se chevaucher, éliminant la partie vide qui servait précédemment à les séparer. La densité supérieure ainsi obtenue est compensée par la nécessité de réécrire de multiples pistes à la fois. Cela ralentit quelques opérations d'écriture, mais en échange d'une hausse de 25 % de la capacité et sans nécessiter de restructuration onéreuse des techniques de fabrication.

    Si la technologie SMR est un succès commercial, elle accélérera l'adoption d'une autre technique, à savoir le traitement des signaux d'enregistrement magnétique à deux dimensions (TDMR). Cette dernière devient nécessaire lorsque les pistes sont tellement fines et/ou rapprochées que la tête de lecture capte le bruit et les signaux des pistes adjacentes lorsqu'elle essaie de récupérer les données voulues. Un certain nombre de techniques peuvent résoudre ce problème, notamment de multiples têtes qui lisent des portions de multiples pistes simultanément pour permettre au disque de soustraire mathématiquement les signaux d'interférence entre les pistes.

    Les technologies qui amèneront la densité par aire du disque dur au-delà de la limite actuelle d'environ 1 téraoctet par pouce carré incluent l'enregistrement magnétique en bardeaux, à deux dimensions et assisté par la chaleur. Image : Hitachi/IEEE

    Une troisième amélioration majeure dans la densité du disque dur est l'enregistrement magnétique assisté par la chaleur (HAMR). Cette technologie utilise des disques dont les têtes sont équipées de lasers qui chauffent la piste juste avant l'enregistrement des données. Cela produit des zones magnétisées plus petites et mieux définies avec moins d'interférences mutuelles. Seagate avait promis des disques HAMR pour cette année, mais admet aujourd'hui que 2017 semble plus réaliste.

    En attendant, Hitachi a amélioré la capacité de ses disques haut de gamme en les remplissant d'hélium. Ce gaz possède une viscosité nettement inférieure à celle de l'air, si bien que les plateaux peuvent être rapprochés encore plus. 

    Si toutes ces techniques sont adoptées, c'est parce que les innovations précédentes (enregistrement perpendiculaire plutôt que longitudinal, par exemple, où les bits sont empilés comme des biscuits dans un paquet au lieu de résider sur un plateau) arrivent en bout de course. En combinant toutes les idées ci-dessus, l'industrie des disques durs s'attend à pouvoir produire environ trois ou quatre années de croissance continue de la capacité, tout en maintenant un différentiel de prix avec la mémoire Flash.

    Mémoire Flash

    La mémoire Flash est en train de changer rapidement, avec de nombreuses innovations qui passent d'un déploiement à petite échelle à un déploiement généralisé. Des entreprises telles qu'Intel et Samsung prédisent des avancées majeures dans le domaine de la mémoire NAND 3D, où l'architecture basique d'un transistor par cellule de la mémoire Flash est empilée dans des blocs en trois dimensions au sein d'un processeur. Intel, en conjonction avec son partenaire Micron, prédit 48 Go par microplaquette l'année prochaine en combinant la mémoire NAND 3D sur 32 couches avec les cellules à niveaux multiples (MLC), qui doublent le stockage par transistor. L'entreprise affirme que, d'ici 2018, il en résultera des disques SSD de 1 To qui conviendront aux formats mobiles et seront beaucoup plus concurrentiels par rapport aux disques durs grand public (qui restent cinq fois moins chers à cette capacité), ainsi que des disques SSD de catégorie entreprise de 10 To.

    Une autre technologie qui devrait gagner en maturité en 2015 est la mémoire Flash en cellules à trois niveaux (TLC). Les cellules de mémoire Flash d'origine étaient souvent décrites comme ayant deux niveaux de tension : l'un pour les données 1 et l'autre pour les données 0. Cela n'est pas tout à fait exact : il est plus juste d'imaginer les cellules comme ayant une plage de tensions, avec n'importe quelle tension d'une sous-plage correspondant à 1 et n'importe laquelle d'une autre sous-plage correspondant à 0. Ces plages peuvent être assez étendues et être très éloignées l'une de l'autre, ce qui permet au circuit environnant d'appliquer très simplement les tensions suffisantes au moment de l'écriture et de gérer facilement les résultats désordonnés lors de la lecture. 

    Les cellules à niveaux multiples (MLC) comportent quatre plages de tension qui correspondent à 00, 01, 10 et 11, soit l'équivalent de deux cellules à un seul niveau, ce qui double la densité dans le même espace. Elles entraînent une difficulté supplémentaire considérable, car le circuit de support doit être beaucoup plus précis lors de la lecture et de l'écriture et les variations dans les performances des cellules en conséquence de la production ou du vieillissement sont beaucoup plus importantes. Les opérations de lecture et écriture ralentissent, la durée de vie raccourcit et les erreurs se multiplient. Toutefois, avec deux fois la capacité pour la même taille (comprendre le même coût), ces problèmes peuvent être surmontés.

    Les cellules TLC comportent huit niveaux de tension par cellule, correspondant à 000 jusqu'à 111. Cela ne représente que 50 % de données en plus par rapport aux cellules MLC, mais la physique est considérablement plus compliquée. C'est pourquoi, même si la technologie TLC est intégrée dans certains produits depuis au moins cinq ans, elle n'a pas le prix ni les performances pour être concurrentielle.

    Samsung combine les technologies NAND TLC et 3D pour produire le 850 EVO, un disque SSD grand public présentant une capacité jusqu'à 1 To et une garantie de cinq ans. Un 850 EVO de 1 To coûte environ 525 euros. Image : CNET

    La grande différence pour 2015 est la maturation de la technologie de pilote pour surmonter les problèmes de fiabilité, de durée de vie et de rapidité de la technologie TLC. Comme avec les communications et processeurs avant-gardistes, la clé du déploiement économique est d'anticiper, de caractériser et de corriger les erreurs. Une approche du fabricant de contrôleurs Silicon Motion superpose trois systèmes basiques de gestion des erreurs. 

    Le premier est le contrôle de parité à faible densité (LDPC), qui encode les données qui entrent dans la mémoire de telle sorte que beaucoup d'erreurs rencontrées lors de la lecture peuvent être détectées et corrigées d'une manière fiable mathématiquement et, surtout, sans introduire une surcharge de traitement inacceptable. Ce système a été inventé dans les années 1960, mais était impraticable avec le matériel de l'époque. Dans les années 1990, il a commencé à être adopté et se retrouve désormais dans le Wi-Fi, l'Ethernet à 10 Gbit/s et la télévision numérique. À ce titre, il caractérise l'étendue des techniques et des difficultés d'ingénierie provenant du stockage extérieur.

    Le moteur LDPC ajoute également un système de suivi des niveaux de tension au sein des blocs TLC. Les caractéristiques électriques des structures de semi-conducteur dans les blocs de mémoire changent sur le court terme à cause de la température et sur le long terme à cause du vieillissement. En s'adaptant à ces conditions au lieu de les rejeter, la durée de vie peut être prolongée et les erreurs réduites.

    Enfin, le pilote a un mécanisme de type RAID sur la puce qui peut détecter les erreurs irrécupérables d'une page et basculer vers une autre. 

    Cette superposition de technologies compense les caractéristiques moins souhaitables de TLC et la rend de plus en plus rentable. La technologie TLC pâtit toujours de problèmes majeurs qui limiteront son applicabilité, tels qu'une limite nettement plus basse sur les opérations d'écriture pendant sa durée de vie ; en conséquence, elle pourrait être utilisée de préférence pour les archives à écriture unique et à accès rapide, comme le stockage dans le cloud des données des consommateurs.

    Stockage d'entreprise

    La stratégie de stockage d'entreprise la plus réussie continuera d'être celle qui utilise à la fois les technologies de disque dur et de mémoire Flash : au cours des cinq prochaines années, les disques durs seront encore bien loin des performances des disques à mémoire Flash, tandis que les disques à mémoire Flash seront encore bien loin de la capacité requise pour stocker les données d'entreprise traditionnelles, sans parler des hausses gigantesques prédites lorsque l'internet des objets commencera à stocker des informations issues des milliards d'appareils connectés que l'on nous promet. 

    Le stockage d'entreprise continue d'évoluer rapidement vers un modèle hybride, où des modèles de développement, des architectures et des techniques similaires sont appliqués à la fois à l'intérieur et en dehors des limites traditionnelles de l'entreprise entre le matériel qu'elle possède et gère et les services qu'elle utilise dans le cloud. 

    Pour le stockage, cela signifie une transition vers des systèmes virtualisés et distribués, tirant profit des environnements logiciels disponibles pour rendre les systèmes de stockage volumineux et flexibles faciles à gérer et à dimensionner, ainsi que des hausses des performances du réseau et des interfaces de stockage pour s'éloigner de la traditionnelle combinaison de systèmes de stockage de masse NAS/SAN et du stockage à couplage étroit dans le serveur pour des impératifs spécifiques de hautes performances.

    Le débat fait rage concernant l'appellation à donner à la transition vers le maillage de multiples nœuds de stockage connectés à de multiples serveurs, présentant une vue unifiée aux applications et systèmes de gestion. Qu'on l'appelle "centre de traitements défini par logiciels", "SAN sur serveur", "stockage 100 % logiciel" ou n'importe quel autre terme spécifique des fournisseurs, la transition vers le stockage distribué virtualisé est motivée par le coût, la simplicité d'utilisation et la rapidité de déploiement. En identifiant quelle catégorie d'applications utilise quelle catégorie de données, ces systèmes peuvent transposer automatiquement la charge de travail et le stockage sur la configuration optimale et faire bon usage du stockage sur mémoire Flash ultrarapide et à couplage étroit ou sur des disques de plus grande capacité et plus distants, que ce soit au sein d'une entreprise ou via le cloud computing. 

    L'archivage des informations rarement consultées, les jeux de données massifs et les impératifs de calcul hautes performances continueront de nécessiter une attention particulière, mais nous pouvons nous attendre à ce que les définitions de ce qui les différencie des charges de travail générales des entreprises évoluent et à ce que l'applicabilité du stockage traditionnel pour ces tâches s'améliore. 

    Stockage futur

    L'avenir ne montre aucun signe de nouvelle technologie de rupture pour briser le duopole disque dur/mémoire Flash.

    Le problème majeur auquel se heurtent toutes les technologies de stockage radicalement différentes est le marché extrêmement concurrentiel pour les techniques existantes. En un sens, c'est comme un marché banalisé : vaste et fonctionnant avec de très faibles marges. Il est donc difficile pour une nouvelle idée d'évoluer suffisamment rapidement pour récupérer les coûts de recherche, développement et fabrication dans un délai raisonnable. 

    Pourtant, le marché du stockage existant est relativement différent d'un marché banalisé, dans le sens où il exige et obtient des développements technologiques continus via la concurrence dans deux dimensions : entre les fabricants de disques et entre les supports rotatifs et SSD. C'est un environnement concurrentiel dans lequel chaque niche est exploitée, si bien qu'un nouveau venu doit avoir un avantage très net pour pouvoir tirer son épingle du jeu.


    Comparaison entre les technologies de mémristor, mémoire à changement de phase (PCM), mémoire vive à couple de transfert de spin (STT-RAM), DRAM, mémoire Flash et disque dur.

    L'expérience montre que c'est quelque chose qui arrive rarement, voire jamais. En dehors de domaines spécialisés tels que l'archivage à long terme, les supports rotatifs et les disques SSD à mémoire Flash ont damé le pion à tous leurs rivaux, de la mémoire à tores à la mémoire à bulles, en passant par la mémoire holographique, la mémoire vive ferroélectrique, la mémoire polymérique, la mémoire à changement de phase, et bien d'autres. La plupart de ces technologies comportent des avantages, réalisés ou théoriques, sur la mémoire Flash ou le disque dur, et beaucoup restent en développement sous une forme ou une autre. Aucune n'est toutefois parvenue à établir un marché de masse pouvant générer de l'argent. Même la dernière technologie en date, le stockage sur mémristor, n'a pas de feuille de route réaliste qui montre qu'elle s'arrogera une part de marché significative dans les dix prochaines années, d'autant que d'ici là, sous sa forme actuelle, le stockage sur disque dur et sur mémoire Flash sera loin devant dans toutes les métrologies.

    Même sans révolution en perspective, l'avenir prévisible du stockage est à l'image de son histoire : plus rapide, plus sûr, moins cher et plus volumineux.

    Sommaire du dossier - Stockage : transformation et innovations

    1 - Comment Facebook partage deux milliards de photos grâce à l'archivage
    2 - La nouvelle mémoire flash NAND 3D pourrait donner naissance à des SSD de 10 To
    3 - Vers un disque qui dure un million d'années
    4 - Enquête : le visage changeant des systèmes de stockage des datacenters 
    5 - L'avenir du stockage en 2015 et au-delà
    6- L'archivage rencontre le Big Data : décisionnel à bas coût dans le Cloud privé
    7-Accéder aux données en un éclair : quand le stockage intègre le business plan

    20150119_111926.jpgMyNewsCenterNavigator

    I can help, Big Data

    1341760684876.jpg


    0 0
    0 0

    marcel perrier,moutiers,stefan de france,francewebasso,communiquer,maison-terre,humaniser l'economie

    vision2021,marcel perrier,moutiers,stefan de france,francewebasso,communiquer,maison-terre,humaniser l'economieN'est pas vieux celui qui porte dans son coeur un amour toujours ardent

    vision2021,marcel perrier,moutiers,stefan de france,francewebasso,communiquer,maison-terre,humaniser l'economieN'est pas vieux celui qui qui conserve sa foi en lui-même, celui qui vit sainement, avec la conviction que pour le coeur, il n'y a pas d'âge

    Communiquer, c’est aimer.

    Les hommes sont des êtres de relations.

    Chacun existe avec les autres, par eux et pour eux….

    Toutes ces techniques nouvelles nous permettent de communique la vie, les événements, les projets et les fêtes. Elles nous permettent de connaître le monde magnifique et dramatique, toujours à secourir, à développer et à construire. Mais les écrits, les sons et les images ne suffisent jamais. La communication n’est pas automatique. Elle a besoin, non seulement de techniques, mais des oreilles qui écoutent, des yeux qui regardent, des cœurs qui s’émeuvent, des volontés qui s’engagent. Les développement de mass-médias exigent aussi la formation des cœurs qui désirent solidarité et communion. C’est bien pour cela que les services nationaux de la communication nous proposent une semaine  de réflexion sur le thème «  Communiquer c’est aimer ».  L’amour devrait animer tous les moyens de communication.

    Il faut aussi, en tout et pour tout cela chercher la vérité. Le mensonge divise. La vérité partielle ou partiale trouble les rapports. Seule la vérité permet la vrai rencontre. La vérité cherchée, écrite proposée est une condition de l’harmonie, sociale et internationale. Ici « Amour et Vérité se rencontrent ».

    Notre monde est magnifique, par les beautés de la nature et des arts, les fêtes et les exploits scientifiques et sportifs, l’espoir, l’espérance et l’infatigable solidarité…

    Notre monde est aussi dramatique : jamais, devant le confort, la santé, l’argent, la culture, les écarts ont été aussi grands entre les personnes et entre les peuples. Luxe, précarité et misère se côtoient partout. Les situations d’injustice finissent toujours par engendrer la révolte.

    La colère des pauvres des pays riches, associé à la colère des pauvres des pays pauvres, pourrait donner l’explosion la plus violente de l’histoire.

    Sur notre planète, la solidarité est devenue la première des urgences.

    Allons-nous attendre que cette solidarité nous soit imposée ? Il est temps d’ouvrir nos yeux et de nous souvenir que seul l’Amour construit. Les exploits de la technique sont immenses, ils n’ont pourtant jamais empêché l’exploitation. Croyons-nous aux exploits de l’Amour , y compris dans l’économie ?

    L’économie est l’art de bien gérer la maison. On parle de plus en plus de la « Maison-Europe ». On parlera de plus en plus de la « Maison-Terre ».

    L’art de bien gérer la maison ne peut consister à faire marcher les hommes comme de simples producteurs ou comme d'avides consommateurs. Bien gérer la « Maison-Terre », c'est trouver le rapport juste entre la propriété privée et destination universelle des biens du monde pour que tous les hommes soient libres, créateurs et solidaires. Mais nous voilà pris dans le tourbillon mondial de la compétition. La compétition...ce mot est employé surtout dans le sport. Cyclistes et skieurs ont tous réalisé pratiquement le même exploit... Mais ceux qui sont derrière, n'existent presque pas dans l'opinion et dans l'attention publique. On ne s'intéresse qu'aux premiers. Certes la compétition a aussi des aspects positifs. Elle stimule les possibilités, elle exige des exploits. Les concurrents se poussent à bout les uns les autres vers de nouveaux dépassements. Dans les loisirs et dans le sport, cela est normalement un jeu.

    Mais ce qui se passe dans le loisirs révèle ce qui se passe aussi dans la vie sociale. Et là, ce n'est plus un jeu mais une drame. La compétition devient concurrence et parfois mise à mort ! Cinq cents concurrents se présentent, cinq sont retenus, et les autres?

    Elles vont disparaître avec les travailleurs qui les ont montées et développées. Il n'est pas trop tard. Nous pouvons mettre l'économie à sa place en maîtrisant les flux des capitaux, en diminuant ou en supprimant la dette des pays les plus pauvres, en partageant mieux le travail, les responsabilités et les bénéfices. Humaniser l'économie : un beau chantier pour le XXI siècle.

    Les droit au travail, ne sont pas démodés. Ils préservent l'humain. Entrepreneurs, élus, syndicats, partis politiques, ensemble, nous pouvons humaniser l'économie. Dans la mondialisation actuelle des projets et des problèmes, mondialisons aussi la solidarité. Il est toujours temps de nous demander ce que Jésus veut nous faire comprendre aujourd'hui quand il nous dit : " Les derniers seront les premiers".

    Marcel PERRIER, Feuilles d'Automne

    BP 51 73602 Moûtiers Cedex

    Tél. 04 79 00 80 27

    Pensées, homélies, editos et méditations, l"edelweis


    0 0

    « je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire ».

    The Friends of Voltaire, Evelyn Beatrice Hall

    Bibliographic information


    0 0

    ET SI ON SORTAIT ?

     Sortir de la grisaille du bitume urbain,

     Sortir de la pollution des échappements,

     Sortir d'un quotidien un peu plat,

     Sortir de la torpeur des habitudes,

     Sortir d'une bousculade dans le métro,

     Sortir des embouteillages, des files d'attente...Ou tout simplement, sortir des joutes quotidiennes pour un peu plus de place..

     Voici le conseil de votre séjour à la montagne : SORTIR !

     Vibrer, sentir, frémir, déguster, rires, courir, transpirer... ou juste respirer.

     Et toujours pour en prendre plein la vue, plein les papilles, plein les jambes ou plein le coeur.

     BAR-SOLARIUM RESTAURANT TRADITIONNEL SANDWICHERIE

     Bienvenue. Suivez le guide.

    1agld1r.gifTerrasse Panoramique à 2738m

     Un restaurant unique avec une vue à 320°, d’où son nom ! Venez découvrir un savant mélange de tradition et d’innovation autour de la cuisine de notre terroir, le tout à presque 3000 mètres d’altitude. Un astucieux mélange de saveurs et de bonne odeurs, où l’accueil et le sourire sont au rendez-vous !

    Venez déjeuner aux Pierres Plates et contempler le coeur des 3 vallées depuis les sommets.
    Dans un cadre époustouflant, il offre une vue panoramique,  sur tout le domaine skiable des Trois Vallées, ainsi que sur une grande partie du Massif Alpin.
    Fermez les yeux et imaginez ! Vous arrivez à 2738 mètres d’altitude, sortez des cabines, marchez quelques pas, et maintenant… ouvrez les yeux !

     La beauté d’un lieu encore sauvage, l’immensité du grand blanc, les glaciers en toile de fond, les pics infinis du massif alpin, tout est rassemblé pour vous faire vivre une expérience incroyable !

     Un moment unique de gastronomie et de convivialité vous attend.

     Installez-vous dans les chaises longues et profitez de la douceur de l'après-midi. Vous n'aurez plus qu'à contempler et respirer !

    1459003483.jpg3761833644.jpg3229057084.jpg1741282988.jpg


    0 0

    L'été, c'est le temps des rencontres authentiques avec des savoyards amoureux de leur montagne, des vaches d'alpage aux yeux maquillés de joie, des bouquetins majestueux et autres marmottes malicieux. C'est aussi le temps des découvertes gourmandes , le temps des panoramas à enivrer le coeur, le temps des randos à pieds ou à vélo, en famille ou entre amis, et des nuitées en refuge sous des cielsincroyablement étoilés et clairs.. c'est tout ça l'été. Alors , profitez-en et venez avec nous faire le plein de fleurs, de saveurs et de bonheur... rendez-vous cet été dans Les 3 Valées.

    20150715_143253.jpg20150709_141007.jpg20150709_141513.jpg20150709_142909.jpg20150709_153210.jpg

    Vous êtes amateurs de sports extrêmes, l'adrénaline est votre moteur ?

    Canyoning, Rafting, VTT de descente, via ferrata, parapente, alpine randonnée, équitation..golf. .sauront combler votre soif de sensations fortes !!


older | 1 | .... | 8 | 9 | (Page 10) | 11 | 12 | .... | 42 | newer