Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

Bonheur de construire, Le blog de la tranquillité.La récompense, c'est le Voyage ! Espace de mutualisation des connaissances, carrefour de rencontres, un « Internet universel » se diffusant par innovations successives dans toutes les activités humaines.

older | 1 | .... | 10 | 11 | (Page 12) | 13 | 14 | .... | 42 | newer

    0 0

    Recette du bonheur

    Le bonheur, plus on en consomme, moins on l'apprécie. Voici quelques citations très courte pour le déguster comme un esthète.

     

    Personne ne peut spécifier ce que doit être le bonheur pour un autre que lui-même ; il ne le peut non plus pour lui-même pour une époque éloignée, car le bonheur est un état d’esprit et la poursuite de désirs qui varient toujours d’individu à individu et, chez l’homme, d’un âge à un autre.

     

    LEIBNIZ


    Pourquoi vouloir imposer un modèle du bonheur ? Pas plus que la religion il n’a de forme, emprisonné, il se rapetisse.

    DE VIETINGHOFF


    Le bonheur est comme la santé : on ne le sent jamais ; il faut l’avoir perdu pour le connaître.

    P. MONNIER


    Le bonheur a besoin d’être interrompu pour être senti.

    IGNOTUS


    D’un bonheur sans mélange on se lasse à la fin.

    AGNIEL


    Le bonheur n’est pas, comme on le croit, tout d’une pièce.

    KARR


    Ce n’est pas par ce qu’elles sont en elles-mêmes, mais par ce qu’elles valent pour nous, que les choses peuvent contribuer à notre bonheur.

    DE MORA


    Les choses ne contribuent à notre bonheur ou à notre malheur que par la manière dont nous les concevons.

    SCHOPENHAUER


    Nous nous rendons heureux ou malheureux en attachant du prix à des choses qui n’en ont pas.

    Comtesse DIANE


    Changer la conception du bonheur, c’est changer celle de la vie et de la destinée.

    LE BON


    Quand les malheurs arrivent, nous les rendons pires en nous en affligeant.

    LUBBOCK


    Pour prendre le chemin du bonheur, commençons chaque jour par nous affirmer que nous sommes heureux.

    TRINE


    Le coeur de l’homme est son paradis ou son enfer.

    J.-J. ROUSSEAU


    Il est impossible d’imaginer un paradis plaisant à tous.

    BOURDEAU


    Vous demandez un monde meilleur ? Améliorez celui où vous êtes.

    BOURDEAU


    On souffre moins de la souffrance que de notre manière de l’accepter.

    MAETERLINCK


    Aujourd’hui serait le plus souvent heureux si nous ne l’assombrissions des peines et chagrins du passé et des soucis et anxiétés pour l’avenir.

    MAETERLINCK


    Quand on parle du diable, dit-on, on ne tarde pas à voir paraître ses cornes : parlons souvent du bonheur, nous le verrons arriver.

    MAETERLINCK


    Ne croyons pas, ne pensons jamais que le bonheur est loin, très loin, il est derrière la porte que nous tenons fermée par défiance et vision du mal.

    MAETERLINCK


    Jouissons des biens que nous possédons et de notre santé, mais n’en faisons pas dépendre notre bonheur.

    MAETERLINCK


    Ne considérons les êtres et les choses qu’en dehors des défauts que nous croyons leur découvrir afin que notre contentement ne soit pas diminué.

    MAETERLINCK


    Le bonheur consiste dans la faculté de ne voir partout que le bien.

    PENTECOST


    Celui qui dirige constamment ses pensées vers le bonheur devient heureux.

    BENTHAM

    Il n’y a pas jusqu’au bonheur qui ne puisse être affaire d’habitude, car on peut s’accoutumer à voir tout en beau aussi bien que tout en laid.

     

    SMILES


    L’optimisme rend heureux dans des conditions considérées même comme les plus malheureuses.

    JUILLARD


    Les hommes optimistes et heureux sont ceux qui ont su s’adapter à leur milieu.

    METCHNIKOF

    Le plus heureux des hommes est celui qui connaît le mieux son bonheur.

     

    MAETERLINCK


    Qu’il soit prince ou paysan, l’homme le plus heureux est celui qui trouve la paix à son foyer.

    GOETHE


    Les gouvernements n’ont pas à faire le bonheur des peuples, mais seulement à ne pas l’empêcher.

    MANSUETUS


    Nous serons toujours heureux si nous avons la ferme intention de ne sentir que le bonheur,

    MEACHAM


    Le bonheur ne dépend pas des événements, mais de notre caractère.

    J. DROZ


    Le bonheur ne peut se trouver qu’en ce qui est dans notre pouvoir.

    EPICTÈTE


    La source du bonheur et du malheur est dans notre propre coeur.

    W. COBBETT


    Comme le royaume des cieux, le bonheur est en nous.

    LUBBOCK


    Si vous ne trouvez pas le bonheur en vous-même, vous ne le trouverez jamais.

    MARDEN


    L’homme doit trouver toute sa joie dans la possession de lui-même.

    EPICTÈTE


    Le bonheur est à ceux qui se suffisent à eux-mêmes.

    ARISTOTE


    Quelle excellente recette de bonheur : Savoir se passer.

    JAQUEMONT


    Ne rien demander et ne se plaindre de personne est un excellent moyen pour être heureux.

    DE BONALD


    Le bonheur est le sentiment de la vie porté à sa plus haute puissance.

    IGNOTUS


    Le caractère contribue à la prospérité et au bonheur bien autrement que ne le peuvent l’intelligence et la fortune.

    DOUMER


    0 0

    Domaines d'action 20150119_111841.jpg

    La stratégie pour le marché unique numérique repose sur trois domaines d’action ou «piliers»:


    0 0

    Problem viewing email? View in Web Browser or Visit our website 
    siliconvalley.com
    Friday, September 11, 2015
    GMSV

     
    Yahoo loses top marketing exec Kathy Savitt
    A top Yahoo marketing and media executive thought to be a close confidante of CEO Marissa Mayer said Friday she is leaving the company. 

    Read More 
    TOC
    On topic: Tech news to know now
    Here’s what’s going on in tech.

    Read More 
    TOC
    Wolverton: Steve Jobs would have hated Apple’s new stylus, right?
    Steve Jobs left no doubts about how he felt about the humble stylus: he hated it.

    Read More 
    TOC


    Not coming soon to most theaters near you: Netflix’s first original movie
    With its thundering foray into living rooms around the globe, Netflix has proven itself to be a real beast in the world of streaming video.

    Read More 
    TOC
    Honda OK’d to test autonomous cars on California roads
    Move over, Google robot car, Honda now has the green light to test autonomous vehicles on California roads.

    Read More 
    TOC
    Uber’s Travis Kalanick heckled on Stephen Colbert’s show, talks self-driving cars and amorous passengers anyway
    In case there was any doubt: Uber is working on a self-driving car, and tech industry CEOs now appear on late-night TV shows like it’s no big deal.

    Read More 
    TOC
    Off topic: Programming cheerleaders, Venn diagrams, philosophy and sandwiches, eating chicken
    Rah rah: Behold cheerleaders for Chinese tech programmers. A guide to making Venn diagrams “that make sense.” Plato, his dialogues, and… sandwiches: “I did not mean ANY edible items in between ANY type of bread.” And where on Earth did people start to eat chickens?

    Read More 
    TOC
    Finally
    Levi Sumagaysay says the weatherman can say that again.

    Read More 
    TOC
    But wait, there's more ... 

    Enjoy GMSV? Then visit SiliconBeat.com, a sharp look at the latest tech news, and follow us on Twitter at @SiliconBeat and @MercBizBreak.

    And don't forget our apps. Read SV20/20 news on the go by downloading ouriPhone or Android apps. 
     
    Facebook   Twitter   Google Plus   Linkedin
    SiliconValley.com 

    0 0

    Google and Twitter Team Up to Offer Their Own ‘Instant Articles’ — With a Twist

    reading on phone

    file404 / Shutterstock

    Media

     

    Google and Twitter are working together to help publishers show “instant articles” to people who use their services on mobile phones.

    The plan, which is supposed to launch with a small group of publishers this fall, is an effort to make it easier for publishers to distribute their stuff on mobile devices. It is also a response to similar pushes from Facebook, Apple and Snapchat.

    The idea, according to multiple sources, is that Twitter users or Google search users who click on a link while using their phones will see full articles pop up on their screens almost immediately, instead of having to wait several seconds.

    One big difference between those efforts and this one: Google and Twitter are creating their publishing tools as an open source project, and hope to convince multiple tech companies to adopt it.

    “The world needs an answer to proprietary instant articles, and Twitter and Google could provide it,” said a person familiar with the companies’ thinking. Google and Twitter reps declined to comment.

    Another difference between the Google/Twitter plan and other mobile publishing projects is that Google and Twitter won’t host publishers’ content. Instead, the plan is to show readers cached Web pages — a “snapshot of [a] webpage,” in Google’s words— from publishers’ sites.

    That distinction may not mean much to users, but it may be important to both publishers and the tech companies that show their stuff — and particularly for Google, which is sensitive to charges that it is trying to host more content instead of sending search users to other sites.

    European publishers, in particular, have been pointedly hostile to Google’s practice of placing snippets of news stories in search results.

    UPDATE: Another upside for Google is that the cached Web pages will display the original ads the publisher sold next to the story, says a person who has discussed the idea with Google. In theory, that makes the ads — which could have been served by Google, or by other ad vendors — more valuable. Or, at least, it helps them retain their value. That’s important for Google as Facebook swallows up an increasing amount of the mobile ad market.

    Unlike projects like Facebook’s Instant Articles or Apple’s upcoming News app, Google and Twitter won’t present their answer as a branded product. Internally, the companies are describing the plan as “accelerated mobile pages,” though that name may change before launch.

    Google, Twitter and the publishers they are talking to haven’t hammered out business terms yet, say people familiar with the discussions. Facebook and Apple let publishers keep 100 percent of the revenue for ads they sell on their hosted articles, and give publishers the majority of the ad revenue for the ads the tech platforms sell.

    The fact that Google and Twitter are working together — which they have also done before— is likely to generate more chatter about the possibility of Google acquiring Twitter. But that doesn’t mean a deal is likely.

     


    0 0

    The pressure to be available 24/7 on social media may lead to poorer sleep quality as well as an increased risk of depression and anxiety in teens, according to a new study.

    In the study, researchers asked 467 teenagers ages 11 to 17 about their use of social media during the day and at night. In other tests, they examined the teens’ sleep quality, self-esteem, anxiety and depression. They also looked at whether and to what extent the kids felt the pressure to be available on social media all the time.

    The researchers found that using social media at any point was significantly related to decreased sleep quality, lower self-esteem, increased anxiety and depression levels in the study participants.

    However, when it comes to sleep quality, “those who log on at night appear to be particularly affected,” study author Heather Cleland Woods, of the University of Glasgow in Scotland, said in a statement.

    The teenage years can be a time of increased vulnerability to depression and anxiety, and sleeping poorly may contribute to the risk of these conditions, Cleland Woods said. Also, research is increasingly suggesting that there is a link between the use of social media and overall feelings of well-being, particularly in adolescents, she added. [8 Tips for Parents of Teens with Depression]

    For example, research presented at the American Psychological Association meeting in 2011 found a link between the use of social media in teens and traits linked to schizophrenia and depression. In another study, published this year in the journal Cyberpsychology, Behavior, and Social Networking, frequent social media use in teens was tied to an increased risk of poor mental health.

    “Since adolescence is a vulnerable period for development of long-term issues, it is essential that we understand how adolescents’ social media use relates to” factors like sleep quality and the risk of depression, the researchers wrote in the new study.

    Cleland Woods suggested that families use what she calls a “digital sunset,” to minimize the potential negative effects of social media use on sleep and feelings of well-being. “Turn off the devices and the blue light, stop checking emails and social media, and allow yourself time to finish your day,” she said. “Sleep is important, so put your phone away.”

    Still, Cleland Woods stressed that the use of social media itself is not a negative activity. “We all do it,” she told Live Science. “However, we need to think about how and when we are online.”

    The new findings were presented today (Sep. 11) at the BPS Developmental and Social Psychology Section annual conference in England.

    Follow Agata Blaszczak-Boxe on Twitter. Follow Live Science @livescience, Facebook Google+. Originally published on Live Science.

    Copyright 2015 LiveScience, a Purch company. All rights reserved. This material may not be published, broadcast, rewritten or redistributed.

    Article source: Article Source

    Related Stories

    1. But They Said He Was Good With Other Animals and KidsHuffington Post
    2. How to Survive an Election Year Without Losing Social Media FriendsHuffington Post
    3. Social Media = Search Results = Lifelong Branding for KidsHuffington Post
    4. Eating More Fish Linked to Lower Risk of DepressionLiveScience.com
    5. Forget social media, friends and family drive purchases: studyAFP

    0 0

     

     

    Les fondateurs de ce site web sont deux voyageurs d'affaires expérimentés qui ont eu une grande expérience dans la réservation des hôtels dans différentes villes. Ce qui nous a frappés c'est de savoir combien c'est difficile de trouver des informations pertinentes sur les hôtels. Non parce qu'il y a peu d'informations - mais plutôt trop. Si vous recherchez un hôtel en ligne, parfois, ça devient accablant. Une énorme quantité d'informations elle-même ne vaut pas grand-chose si vous n'avez pas le temps pour y analyser rapidement. Notre but ici c'est de vous faire gagner du temps.

    Parce que nous travaillons dans le domaine d'Internet et nous sommes habitués à utiliser l'ordinateur comme un outil analytique, c'était normal de commencer à chercher à une façon pour casser cette noix. Nous avons commencé par découvrir ce que les voyageurs de chaque catégorie apprécient le plus dans leurs hébergements à l'hôtel puisque ça diffère. Mais il ya aussi des similitudes distinctes et parfois les catégories peuvent se recouvrir. Nous décrivons en dessous les critères généraux de chaque catégorie.

    Comment fonctionne notre site en pratique? Eh bien, pour nous aider, nous avons une équipe de rédaction et plusieurs programmeurs qualifiés. En collectant et en analysant de grandes quantités d'informations nous donnons à nos rédacteurs une première liste des hôtels qui semblent être parmi les plus attrayants et les plus populaires. Ensuite, ils vérifient avec les clients ayant des expériences précédentes et ils s'assurent qu'ils sont d'accord avec nos choix. Enfin, nous sélectionnons le meilleur des meilleurs hébergements de la liste finale et c'est eux que nous présentons sur ce site web pour chaque ville.

    Comme une étape finale dans le processus de révision, nos utilisateurs nous fournissent d'évaluations supplémentaires pour influencer la sélection, en gardant les informations à jour. Ceci est particulièrement important parce que les choses peuvent changer avec le temps. Un hôtel peut subir une rénovation ou un changement de propriétaire. Les normes de qualité et de service peuvent changer. Parfois pour le meilleur parfois pour le pire. Dans les deux cas, nous voulons savoir.

    En combinant notre propre expérience avec une bonne méthode de travail pour résumer les opinions de beaucoup de clients, nous avons réussi après beaucoup d'efforts à produire un menu varié et facilement consultable des meilleurs hébergements que chaque ville peut offrir. C'est le but de notre site web. Il ya beaucoup de très bonnes conseils sur tout, de l'hébergement économique aux hôtels de luxe. Indépendamment du prix, nous avons les mêmes normes élevées en termes de qualité, propreté et service. Nous faisons tout pour être en mesure de garantir que vous serez satisfait de vos choix des hôtels.

    FAMILLE

    Les familles ayants des enfants préfèrent souvent les hôtels situés à un endroit calme, de préférence dans la proximité d'un parc ou un espace vert. Certaines familles préfèrent les hôtels avec des normes plus élevées alors que d'autres donnent la priorité à l'abordabilité et un nombre variable de lits. Ceci est particulièrement important si vous avez une famille nombreuse.

    AFFAIRES

    Tant qu'un voyageur d'affaires, vous êtes souvent exigeant en termes de normes et de service. Mais les exigences peuvent être différentes selon vos besoins. Certains clients exigent des hôtels avec un centre d'affaires moderne et de bons équipements de conférence, alors que d'autres préfèrent ceux les plus petits comme les hôtels avec des prix économiques pour améliorer les revenus. Une bonne communication entre l'hôtel et les clients est la priorité la plus élevée dans chacun des deux cas.

    COUPLES

    Peut-être tant que vous êtes ensemble peu importe ce que l'hôtel est. Mais un hébergement sympathique permettra d'améliorer l'expérience entière pour vous. Beaucoup de couples voyageant pour un week-end romantique choisissent donc un hôtel plus chic avec une ambiance chaleureuse, des belles chambres et suites. Un endroit romantique peut être des choses différentes pour divers couples, certains pourraient choisir d'héberger dans un quartier historique avec de nombreux bons endroits qu'ils peuvent visiter, et d'autres peuvent préférer un cadre naturel calme près d'un parc ou sur la rive.

    BUDGET

    Parfois, un hôtel pas cher est une bonne solution. Dans les grandes villes, il y a toujours un vaste choix de logements de budget abordables et de qualité variable. Autrement dit, il peut être très difficile de trouver le bon endroit vous même. Les hôtels dans cette catégorie ont des chambres de base et parfois une salle de bains commune. Si vous choisissez un hébergement économique, il y a quelques exigences de base qui doivent être respectées, au moins selon notre vision. Les chambres doivent être propres et fraiches, et l'hôtel devrait vous offrir un séjour sûr et sécurisé.

    DE LUXE

    La catégorie la plus agréable est bien sûr les hôtels de luxe. Certains sont de très haute gamme et chers mais il est possible de trouver des hôtels de haute gamme à des prix raisonnables. Parmi les caractéristiques d'un hôtel de luxe un emplacement idéal, des normes élevées et un service extraordinaire. Beaucoup de ces hôtels ont des équipements tels que des restaurants primés, concierge, piscine et spa.

    QUELQUES REMARQUES

    Lorsque vous réservez votre hôtel, il y a quelques détails à considérer. Pour que vous soyez satisfait de votre choix, il est important de penser à ce que vous voulez de votre séjour et ensuite choisir l'emplacement et la catégorie de prix. À certaines périodes de l'année, en particulier la saison de voyage d'été, lors de manifestations sportives, de grands festivals ou conférences internationales les hébergements pourraient se remplir rapidement, il est donc conseillé de réserver bien à l'avance de votre voyage. Parfois, il peut y avoir un impôt ou un frais local, qui n'est pas inclus lors de la réservation, donc lorsque vous réservez vérifier si les taxes sont comprises dans le prix. Dans la période estivale, il peut être judicieux de réserver des hôtels avec climatisation, surtout si c'est une ville d'un climat chaud.


    0 0

    STEFAN RADUCANU.JPGAbout UsMADELEINE.JPG

    It all started in 1994, with a commitment to integrity(Deja.com); we bring light to truth, excellence to endeavor and strength to community. We are the preeminent provider of relevant, timely and trusted information. We are the leaders for the communities and customers we serve.

    We achieve financial success as an independently owned company by gathering and delivering pertinent, prompt, comprehensive and accurate products through the most effective means. Our media companies are run with local autonomy and management teams who are leaders in their communities.

    FranceWeb is a 21st century information provider, based on a foundation of sharply focused community newspapers. We provide local news coverage and marketing expertise with regional, national and international reach as we expand from our traditional base into all the new communications media available today and in the future.

    Collaborate, Communicate, Connect...24/7/365.

    The Infinite Archive. Storing bits for 100 years.

    The Global Evolution

     

    Look to the Future, and what do you see? New life, new technology.

    This is our vision of the future: inventing a better world in which you grow up.

     

    Our Mission : Building Global Communication Networks.

     

    The World is our Workplace. Let's work togheter.

    International Communications, (Cooperation)....

    Intercultural Management ,

    Global Business Development

     

    To preserve our knowledge base and cultures, we must find a way to save digital content for future generation.

    Use the interactive tool below to see where we are and what interests we focus on

    Useful Links

    Boston Globe | Chicago Tribune | Christian Science Monitor | Los Angeles Times | New York Post | New York Times | Newsday | San Jose Mercury News | USA Today | Washington Post | LesInfos | Major Metros | Other NewspapersCRAYONIMAGOEnterprise News for IT Managers | Finance | Yahoo! News | NewsIsFree | Moreover | InfoWorld | News Press Pr | Business Daily | InformationWeek | E-Commerce Times | Red Herring | ZDNet | Wall Street & Technology Online | My Yahoo! | Asia Times | Wired | atNewYork |German News |Yahoo Actualité| Google News France| WorldNews | Gulf Daily News | LCI | Daily News | LA Daily News | China News French | China News | Israel News | Pravda | BBC News | Reuters | Financial Times | Asahi | CNN | ABC News | CBS News | MSN bc | ABC Australian Business News | Bloomberg Global News | Canadian Business Online| Channel News Asia-Sigapore |Investors Business Daily | Nikkei Net Interactive |Terra Daily|Time|Interfax|AFP|Google|World Press|Daily Earth|IPL Newspapers|NewsVoyager | Argumenti i Fakti | Vedomosti | Gazeta | Izvestia | Itogi | Literaturnaia Gazeta | UN News Centre | UPI | Fox News | NPR | The Wall Street Journal | NewsweekNew York Post | U.S.News | Forbes | Slate | The Christian Science Monitor | Foreign Policy | ENN Enviromental News Network,  

    This group is specifically for those who wish to find content rich web sites on the Internet, relating to the information. Professionals, who do not have time to surf the Web, can gain free advice here as to the where abouts to the most appropriate sources of information. This group covers all sectors of the information industry and all countries too. All messages will be answered and all are moderated to protect this group from being spammed.

     Know why, Know who, Know where, Know what. The know how to succeed. 

    WEB PAGES, NEWSPAPERS, ARTS, ARTICLES, NEWSGROUPS, BLOGS, BRIEFING, BUSINESS, CULTURE, ECONOMIY, ENTREPRENEURS, EDUCATION, FINANCE, IDEAS, HEALTH, MARKETS, LEADERSHIP, LIFE, MULTIMEDIA, OPINION, SPORTS, TECHNOLOGY, TECH, WORLD, POLITICS, PUBLIC DATABASES, MAILING LISTS AND MORE...

    ABC Australian Business | abcNEWS  | AFP | Argumenti i Fakti | Asahi | Asia Times | Asia Singapore | atNewYork | B2B Manufacturers Directory China&Taiwan | BBC News | BizEurope | Bloomberg Global News | Boston Globe | Business DailyCanadian Business OnlineCBS NewsChannel News | Chicago Tribune | China News | China News French | Christian Science Monitor| CNET | CNNDaily News |CRAYON| Daily Earth | Daily News | DMOZ | E-Commerce Times | ENN Enviromental News Network | Enterprise News for IT | Finance | Financial Times | Forbes | Foreign Policy | Fox News | Gazeta | German News | Google | Google News France | Gulf Daily News | Importdatabase | InfoWorld | InformationWeek | Interfax  |Investors Business Daily IPL Newspapers  | International Import Portal | Israel News | Itogi| IzvestiaLA Daily News | LCI | Literaturnaia Gazeta | Los Angeles TimesMajor Metros | Moreover | MSN bc | My Yahoo! | NASA | NewsIsFree | NewsVoyager | New York Post | New York Times | Newsday | Newsweek  | Nikkei Net Interactive | NPR | Other Newspapers | Pravda | Red Herring | Reuters | SKY NEWS | Slate | Terra Daily | The Mirror | The Wall Street Journal | The Washington Times | Time | TIMES ONLINE | UN News Centre | UPI | USA TodayU.S.News | Vedomosti | Wired|World France24 | World News | World News Business | WN Countries  |  World News Anyththing | World News Sites | World News Today |World News Travel |Yahoo France | Yahoo World |ZATAZ Magazine | ZDNet | TED | CRI | Bing News |SOHO Resources | AmEx Small Biz Exchange | BPlans.com | Business Forms | EntreWorld | Government Resources | Small Business State Profiles | Yahoo Small BusinessIRS Small Business | Tax Checklist | MSN Investor | Morningstar | Motley Fool | The Street | Silicon Investor | Raging BullSuperstar Investor | Whisper Numbers |Financial Data Finder | FinWeb | IOMA Business Directory | Research LinksArea Code Finder | Switchboard | Int'l Dialing Codes | 800 Directory | Yellow PagesZip Code Finder (Business) | Nielsen Ratings | Code of Federal Regulations | Tax Code | U.S. Code | WallStreet & Technology |

     

    Internet Research & Surveys:

     

    Electronic Commerce Guide, Internet Business Surveys, WWW User Survey,Ixquick,Google, Looksmart,FEEDSTER, DOGPILE, MSN SEarchAsk Jeeves,BoolgumYahoo Search, FoxRef, Mozbot| TeomaLexxe,VivisimoAll the Web, A9 ,Voila,EO, Seek.fr, Deepindex,Mirago, Wisenut, Accoona, Gigablast, Excite, Voila, AOL, Lycos, Altavista, Hotbot, Brainboost, Factbites, Wikipedia, Ranking thumshots, Jux2, Releton, Open Directory, Looksmart, Turbo10, Ez2find, Search.com, Mediaveille, Objectif Grandes Ecoles, Enfin, Portail2.com, Incominglinks, Searchengine guide, Finderseeker.com, Université de Leyde, Librarian's index to the Internet, Virtual Library, Signets BNF, Guide de sites Sciences Po, BPI,Infomine, BublLink, Searchenginecolossus, Portalstotheworld, Country basedsearchengines, Indexa, Propulseur, Scirus, GoogleScholar, SciNet, Sudoc, Infomine, Google Scholar, Smealsearch , Academic Info, Tucows, ZDNet, Google news, Newsbot, Europresse, Lexis, Pressed, Factiva, Diva-press, Inboxrobot, Technorati, Google Blog Search, BLogpulse, Blogdigger, Pointblog, Globe of blogs, Blogdex, Indexa, Strategic Road, Adminet, Foreign governments , Répertoire des chefs d'États, Services diplomatiques, Termsciences, Dictionnaire de synonymes, Systran Babelfish, Reverso, Dicorama, Copernic Summarizer, Pertinence, Archive.org, Furl, Spurl, Del.icio.us, My bookmarks,Yoono, Atiki, Xenu, AM Deadlink, Ingenta, Inist, Findarticles, Eurostat, GoshMe, Clusty, Babieca, Kazzoom.com, Alexa, AnyWho,Area Code, Finder,Switchboard, Int'l Dialing Codes, 800 Directory, Yellow Pages, Zip Code Finder, Zip Code Finder (Business)Britannica, CIA World Facts, Global Network,Consumer Info Center, Encyclopedia.com, Fast Facts, RefDesk, Translation Site

    Dictionaries:

      "One Look", Multi-Lingual, Thesaurus, Webster's Dictionary

    Libraries:

      Internet Public Library, Library of Congress, National Archives, Misc: Homework Help, eHow, HowStuffWorks, Public Records Database, World Public Holidays, NewsResource Center, LibrarySpot, Technology EncyclopediaWikipedia, ,Wikipedia FR, DMOZ, BRINT

    Google News:
    Argentina - Australia - België - Belgique - Brasil - Canada English - Canada Français - Chile - Colombia - Cuba -Česká republika - Deutschland - España - Estados Unidos - France - India - Ireland - Italia - México - Nederland -New Zealand - Norge - Österreich - Perú - Portugal - Schweiz - South Africa - Suisse - Sverige - U.K. - U.S. - Venezuela- 
    中国版 (China) - 香港版 (Hong Kong) - 日本 (Japan) - 한국 (Korea) - 台灣版 (Taiwan) - ישראל (Israel) - Ελλάδα (Greece) -العالمالعربي (Arabic) - Россия (Russia) - हहिन्दी (India) - தமிழ்(India) - മലയാളം (India)</

    Yahoo US

      Yahoo France

     Giga Presse

    News Search Engines and Archives

    Find Articles - vast archive of published articles that you can search for free. Constantly updated, it contains articles dating back to 1998 from more than 300 magazines and journals.

    Google News - search and browse 4,000 continuously updated news sources.

    MagPortal - searchable daily index of free magazine articles available on the Internet.

    Political Information - targeted search engine for politics and political news.

    Questia - world's largest online collection of complete books, newspaper and journal articles from over 235 acclaimed publishers in the humanities and social sciences.

    Redtram - multi-language news search engine. Offers its readers a detailed catalogue, an opportunity of viewing archived news and an advanced search.

    Rocketinfo - news search engine based upon a dynamic index of publicly accessible information. Find current news from over 9,000 news sources and 45,000 weblogs.

    TV News Archive: Vanderbilt University - world's most extensive archive of television news.

    TV News Archive: Vanderbilt University - world's most extensive archive of television news.

    Magazines

    Gulf Times

    Home

    World

    Middle East

    Europe

    Business

    World Sports

    Travel

    Lifestyle

    Entertainment

    Tenders

    Events

    Tech

    Top News Today!

    BBC NEWS LONDON
    REUTERS LONDON
    FINANCIAL TIMES LONDON
    IHT LONDON
    XINHUA NEWS AGENCY BEIJING
    ASAHI SHIMBUN TOKYO
    INTERFAX MOSCOW
    NEW YORK TIMES
    WASHINGTON POST
    CNN ATLANTA
    ABC NEWS NEW YORK
    CBS NEWS NEW YORK
    MSNBC NEWS NEW YORK
    (Note: All above news links are in English)

    Business News

    Newspapers

    Weather

    Government

    Radio

    Internet News

    Culture

    Mapping

    Virtual Reality

    All the News from Around the Web, all theTime

    If you love news so much that you even love hearing news about news sources, then this particular news is on an "Extra! Extra! Read all about it!"

    Know why, Know who, Know where, Know what. The know how to succeed. Join Now!

    Contact : Tél.:+33 (0)1 39 65 50 34    mailto:franceweb@gmail.com

    Mobile: +33(0)6 21 97 47 99 

    Copyright ©  Stefan Raducanu All right reserved. Unauthorized caching or reproduction of this page, or any subsequant pages on this support without prior written approval is strictly prohibited. Stefan Raducanu,and people behind it, are not responsible for problems resulting from the use of information of these pages. 

    Le contenu de ce support est protégé par copyright et ne peut être copié, reproduit ou réutilisé à quelques fins que ce soit sans autorisation préalable. Chaque utilisateur dispose d'un droit de reproduction lui permettant un stockage en 1 exemplaire ( tirage sur papier ou copie de sauvegarde) et une visualisation sur écran monoposte. Sauf autorisation expresse et manuscrite de Stefan Raducanu,, la mise en réseau et la rediffusion partielle ou intégrale sont interdites. Stefan Raducanu, collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir Stefan Raducanu,, et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation

     

    Les Sites FranceWeb, Portails et outils de collaboration 

    Plates-formes collaboratives pour nourrir la connaissance, la productivité et l'innovation

    Regardez nos meilleures offres ci-dessous dans votre poche
     Le futur dans votre poche avec un portable Android , tablette tactile ou smartphone..     

    RECHERCHER – OBSERVER –METTRE EN LIEN – PRODUIRE – DIFFUSER

     

    Produire de l’intelligence collective au bénéfice de l’économie sociale et de la vie associative et impulser les changements nécessaires par l’évolution de notre société.

    Pour vous aider à réaliser vos projets et vos ambitions, nous mettons FRANCE WEB , à votre service

    PoissyWeb

    Bonheur

    IledeFrance 

    Web Gallery

    'Entreprises

     VOIR ET ETRE VU !

    Communiquez, ciblez, vendez par référencement géographique

     Rendez VISIBLE VOTRE OFFRE , VOS PRODUITS. TROUVEZ PROSPECTS ET NOUVEAUX CLIENTS

    Communication, Exposants, Partenaires

    FranceWeb,e-GlobalNetWork®,Diaporama

    Espaces participatifs et communautaires

    Conseiller, former, accompagner, partager, repérer, sélectionner et préparer les usagers en ce 21e siècle

    FranceWeb, le n°1 mondial de la collaboration en ligne

    TOUT CE DONT VOUS AVEZ BESOIN POUR DONNER VIE A VOS IDEES

    LIEU DE RENCONTRES D’INITIATIVES POSITIVES AU NIVEAU HUMAIN, ECONOMIQUE, CULTUREL, TECHNOLOGIQUE, D'ÉCHANGES, DE TÉMOIGNAGES, DE FORMATION ET VALIDATION DE PROJETS, RÉSEAU D’UNE MANIFESTATION DIFFÉRENTE, CONVIVIALE ET EFFICACE

    Partagez vos informations dans les espaces de création collaborative et de diffusion e-GlobalNetWork 

    Je souhaite que FranceWeb,e-GlobalNetWork  soit un Réseau connecté et tournée vers l'avenir et à ce titre ,qu'il s'enrichisse de l'apport d'autres cultures, d'autres expériences.

    Dans une société mondialisée, ou la communication est plus que jamais facilitée par les TIC, vous avez à votre disposition tous les moyens pour établir des contacts à l'autre bout de la planète.

    StefanV.Raducanu, Président FranceWeb 

    Presse Electronique Internationale

    MyNewsCenter sur votre mobile,

    partout dans le monde
      Apprenez à exploiter les titres de l'actualité, explorez le monde,

    Idéal pour voyageurs et travailleurs nomades.

    Un module de recherche global.
    DECOUVRIR-DIFFUSER-PARTAGER

    Que se passe t-il dans le monde?

    News Center vous donne  les nouvelles du monde, mises à jour directement sur votre mobile.
    Vous pouvez suivre les derniers événements politiques, les gros titres, et bien plus encore. Qui a le temps d'acheter et de lire un papier?

    Complet et précise des nouvelles, News Center intègre les sites de News de la planète.

    Son utilisation est universelle. Sa richesse comble chaque utilisateur.

    LOCAL - REGIONALNATIONALINTERNATIONAL

    'NewsCenterNavigator'

    Contact: Tel : +33(0)1 39 65 50 34


    0 0

    1agld1r.gifWe’re here to help.20150119_111841.jpg

    Show Up, Stand Out is a free program to help parents get their children to school every day. One of the most important things you can give your child is a chance for a great education.  We know that it isn’t always easy. Whatever challenge you’re facing – keeping your home, finding a job, raising several kids on your own, getting a ride or filling out paperwork – we’re here to help. A member of our team will sit down with you, and work with you to come up with a plan that meets your family’s needs.

    Many of us grew up right here in D.C. We’ve lived and worked in your neighborhoods for years. We understand the daily challenges you face, and we know how to help. Get to know more about us below and find out who from our staff can help you best:

    Show Up, Stand Out has partners working with over 50 elementary and middle schools in D.C. and is striving to help more than 4,000 students this year. If you would like free assistance to get your child to school, click here.

    Every call is confidential.

    1. We set up a time to meet with you at a place and time that’s convenient for you.
    2. We ask questions to help us get to know you, your family and how we can help get your kids to school.
    3. We work together to create a family plan just for you.
    4. We help you at every step to overcome any challenges that may come up.
    5. You give your child a chance to stand out, by helping them show up to school every day.

    Or go to your school and ask for your SUSO provider.

    1. You call the Show Up, Stand Out team that works with your child’s school. Find them here.

    0 0

    20150119_111841.jpg
    Hello World !
    SRU-Electronics & Dipl.Ing.StefanV.Raducanu
    ADVERTISE / PUBLICATIONS, Join the Global Evolution:
    2 Great Ways To Access Our Blog, Subscribe Online, Register Now, Be a Part of Our Story
     


    Do you advertise on Facebook? Have you noticed recent changes to Facebook Ads Manager? While Facebook regularly updates the Ads Manager, most of the recent changes affect navigation rather than function. In this article you'll discover the latest changes to  and how to navigate them... Read the rest of this article...

    Discover how to use blogging to attract customers and quickly grow your business. Click here for details.


    Does tweeting take up a lot of your time? Do you want to share content automatically? There are tools you can use to automatically tweet your best content when your followers are most active and engaged. In this article you'll discover how to automatically schedule your tweets at optimal times. Why Automate... Read the rest of this article...
     
    PoissyWebCitoyen publishes a daily newsletter containing links to our daily posts and other relevant industry news. Some of the content below our daily posts is brought to you by our sponsors. 
     
    Your subscription information: 
    Name: Stefan Raducanu

    0 0

    Science, technologie et industrie : Perspectives de l'OCDE20150119_111841.jpg

    French
    Frequency :
    Biennial
    ISSN :
    2074-7152 (online)
    ISSN :
    2074-7160 (print)
    DOI :
    10.1787/20747152
    Next Edition: 30 Oct 2015
    Hide / Show Abstract

    Le panorama mondial de la science, de la technologie et de l’innovation évolue rapidement. Quelles en sont les conséquences pour la politique de la science et de l’innovation ? Quelles sont les mesures que prennent les pays pour dynamiser leurs capacités dans les domaines de la science, de la technologie et de l’innovation ? Quelle est la contribution de la science et de l’innovation à la croissance et aux objectifs sociaux ?

    La publication bi-annuelle Sciences, technologie et industrie : Perspectives de l’OCDE passe en revue les principales tendances concernant la science, la technologie et l’innovation dans les pays de l’OCDE et dans un certain nombre de grandes économies non membres comme l’Afrique du Sud, le Brésil, le Chili, la Chine, Israël et la Fédération de Russie.

    Au moyen des données et indicateurs les plus récents disponibles, cet ouvrage aborde certains thèmes qui sont au cœur des préoccupations des responsables de la politique de la science et de l’innovation, notamment les performances en science et innovation, les tendances des politiques nationales de la science, de la technologie et de l’innovation et les pratiques pour évaluer les impacts socio-économiques de la recherche publique. On trouvera également pour chacun des pays un profil individuel de ses performances en matière de science et d’innovation en relation avec la situation du pays et les enjeux actuels de la politique publique.

    Also available in:English

    0 0

    20150119_111633.jpgIntellectual property (IP) is where thoughts and ideas meet the material world and is commonly defined as any work or invention that’s come about as the result of creativity. A strength to the business that owns it, IP is considered an asset in bankruptcy proceedings, can be sold or lost and needs to be protected by the company that owns the property.

    “Intellectual property should be viewed as a tool for [business owners] to protect their business assets, to provide the tools to leverage those business assets [and] to protect market share,” said Seaton Curran, Howard & Howard. He added that IP could also be used, “to enter into new markets and leverage products in order to gain access to other technologies and really understand the protections of intellectual property law that can be used to their advantage,” explained Seaton Curran, Howard & Howard.

    All businesses have intellectual property concerns, though not necessarily at the same level. For example, the owner of a dog grooming business who wants to trademark the perfect name has different concerns than the owner of a software design company whose copyrighted intellectual property is the entire value of the business.

    In addition, trade secret misappropriation and copyright infringement issues can arise when employees leave a company. In other instances, employees may violate non-compete clauses or confidentiality by taking intellectual property, said Michael Rounds, Watson Rounds.

    Businesses need to know what to do when customer information is hacked. It’s important to know how the business complies with authorities and notifies customers, and what safeguards are in place to protect the information, which is actually intellectual property. Clearly IP is a topic with a myriad of issues to consider.

    “When we get involved with a business, whether small or large, that’s one of the first questions we have, from a trademark sense, said Michael Feder, Dickinson Wright. He asks clients, “What names are you using for your products? Have you authored anything, a book or certain types of instructions, things on your website you don’t want people to cut and paste and duplicate from a copyright perspective, photos you’ve put out there? Have you registered those with the copyright office?”

    “I don’t think that people really understand the practical reach of these concepts, because they’re so abstract,” added Kelley Goldberg, Brownstein Hyatt Farber Schreck. “Once they figure out the practical implications of intellectual property they need to figure out, first, what intellectual property they own, second, how do they protect it and third, how to stop others from misusing or stealing it.”

    Need to Know

    IP falls into different categories with different protections for each. With creative works like written materials, photographs, paintings and dance routines, an automatic common law copyright applies when the work is transcribed into a fixed, tangible medium. A more formal registration with the Library of Congress is recommended, but more expensive.

    Trademarks protect words or symbols companies use to describe their products and services and provide a recognizable brand. They’re registered with the United States Patent and Trademark Office (USPTO).

    Patents protect inventions and ideas. Filed with USPTO, they’re not cheap and registration renders the invention public. Patents have a limited lifespan, which is why eventually the newest offering from a pharmaceutical company comes out of patent and generic versions become available.

    Registering copyrights, trademarks and patents protect a business’ intellectual property. “You want to make sure that you are putting yourself in a position where there’s a legally recognized interest in whatever your intellectual property is, because it will make it easier to enforce your IP against potential infringers,” said Patricia Lee, Hutchison & Steffen. “Probably that’s the most important thing for businesses to know.”

    Trade secrets are confidential information held by businesses, often pertaining to operating procedures, customer and vendor lists, pricing structures and recipes. Some highly confidential trade secrets are never patented, said Feder. Coca-Cola, for example, has never patented its formula, because at the end of the patent period, their recipe would go public.

    Written materials default to an automatic, common law copyright assigned to the writer, with few exceptions to the rule. One automatic exception is that employees do not own copyright, but contractors do. A work for hire clause in the contractual agreement or an assignment of copyright after the work is complete transfers ownership of the copyright from the writer to the business.

    “Copyright law is designed to protect the author, and I think that’s a good thing, but most businesses don’t know that and assume because they’re paying for services they’re getting more rights than they are,” said Goldberg. This is how companies can wind up surprised when it turns out the independent contractor who created their website actually owns the copyright to the website.

    The Cost

    Despite knowing their intellectual property has value, most business owners won’t do a valuation unless required by an audit or financial event. The first step for valuation is to look at the amount of sales made under the good or service in question. The more unique the product and the more units sold, the higher the value. There isn’t really a rule of thumb to perform every valuation the same, but the value assigned to licensing intellectual property for use by another company can be taken into account.

    Intellectual property is also considered an asset in bankruptcy if it has value. Trademark and copyright registration and patents can all be assigned. “Once you can assign those rights that attach those protections to the company, they become assets of the company and get divided up or considered like everything else in a bankruptcy,” said Curran.

    On the creditor’s side, that means keeping hold of any secured interest in patents to make certain it’s protected. From the debtor’s perspective, that means patents, trademarked and copyrighted intellectual property that has a value can be made part of a bankruptcy estate.

    Use It or Lose It

    In many cases, the value of IP is also dependent on it uniqueness. “I think businesses often don’t really understand the steps they need to take to ensure they keep that information secret,” said Goldberg.

    In addition, trade secrets can easily come into play in a highly competitive service industry like Las Vegas. Goldberg gives the example of a nightclub owner who, “comes up with great business methods, great consumer list and branding concepts, runs a stellar business and has an exceptional way of doing business.” All it takes, he says, to weaken the value of trade secrets is one employee heading over to the competitor with all that information.

    In many cases, companies aren’t equipped to make certain employees understand what IP belongs to the company and the consequences of stealing it. They may not have the right contracts in place and may not know what to do when it happens or that they can go to court to get an injunction.

    One of the easiest protections is to have employees sign confidentiality agreements with their employment agreements. “Often businesses don’t do that. Without belaboring the point, once businesses understand what they own and the real world implications of that, they can start figuring out what they need to do to protect those rights and stop other people from taking advantage of them,” said Goldberg.

    Perpetual Protection

    Intellectual property concerns arise throughout the life of a company. During formation, the initial contribution will probably be intellectual property of some kind, whether a copyright contribution or branding contribution, which goes into determining individual equity in the company. Intellectual property concerns at startup can be as simple as what to name the company.

    The first steps can be simple, too. “Depending on the type of intellectual property we’re talking about, the first thing is just to do a simple Google search,” said Lee. Before choosing a trademark, a Google search can turn up other instances of the same name. “If you want to call your business Euphoria Day Spa, you want to Google it to see if that name already exists somewhere and then you want to go to USPTO and see if anyone has already registered the name.”

    Starting up a new company without checking to be certain there’s no infringement on any other company’s trademark, copyright or patent can lead to litigation. “The last thing we want to do as a startup business is be out there for six months and get a letter advising you you’re infringing a trademark, copyright or patent,” said Rounds. He recommends startups obtain a freedom to operate opinion, which researches companies’ claims to IP. “Every company has a different budget, but you save yourself a lot of money in the long run if you do your due diligence up front.”

    As opposed to registering their own trademark at the federal level, a cheaper alternative for business owners is registering with the Nevada Secretary of State’s office which provides protection for local companies.

    “But at some point when the bucks start coming in and the business starts to grow, you do want to revisit that and see if you can increase the level of protection for yourself from common law to statutory,” said Lee. “If you register, there are certain statutes triggered that give you more protection and also remedies if someone infringes.”

    Infringement isn’t always intentional. A certain amount of similarity within industries is inevitable. IP law allows business owners to use the English language to fairly describe what they’re doing. For example, dental offices are apt to have dental, dentistry or dental office in common. “Dental office” itself is generic, and not subject to protection, said Rounds. “But if the company chooses the trademark ‘Awesome Teeth’, they should perform a search for other businesses with that name,” he said.

    The search can be regional, state by state or national. “Most of the businesses we work with do business on a national scale, so they’re interested in determining whether or not they can use the mark throughout the United States and therefore should consider a federal trademark. At state level, if they’re just doing business in Nevada, they need only be concerned with what businesses in Nevada are using in terms of names or trademark,” said Rounds.

    There’s an advantage to creative brands, said Goldberg. Zappos had to spend money to educate consumers that it’s a shoe store, but once that’s done, the store isn’t confused with any other. On the other hand, a business called Las Vegas Shoe Emporium would have to continue to spend money to differentiate itself from other stores with “shoe” in the name. “People may not think of it when they’re picking their [business] names, but it can end up being extremely important to the bottom line as the business progresses,” said Goldberg.

    What about copycat products on the shelves of grocery stores, using the same colors and packaging as the national brands to sell store brands? At casual glance, the products look the same. Trademark law in this case is designed to protect consumers from confusion. The law usually sides with free enterprise with a competing product that looks similar but can be distinguished.

    It’s a fine line between having the competition presenting a store brand that’s identifiable and one that’s capitalizing on the financial investments and brand loyalty another business has worked hard to create. Copycats take advantage of a market created by the brand owner’s financial investments.

    There are ways to win those fights, said Goldberg, like picking a really distinctive brand, filing the trademark applications and enforcing the protections on the product. “If you let it go, your rights are diluted, and eventually get to the point where the rights are so weak you can’t do anything about it.”

    This is not just because a business can’t enforce its rights at that point, but also because if it gets sued, it’s harder for the attorneys to prove the business owns the intellectual property and owned it first. Registration with USPTO or Library of Congress creates a record of when a business began using its intellectual property.

    Methods

    Nevada was chosen as one of a handful of states for a patent pilot program aimed at changing procedural law, making patent litigation a little more streamlined so cases are more expeditious and efficient for both parties involved as well as for the court. The program provides “more procedure to assist the court and parties involved so, rather than spending years litigating these cases, they can get to the heart of the case load quicker,” said Feder.

    “My advice is to view intellectual property as a business resource,” said Curran. “Some of these protections can be fairly expensive. If you’re going to spend that money, spend with the end game in mind. If I am going to seek patent protection on my invention, is there a market for that invention? Am I going to be selling that product, and how am I going to be generating revenue from the product or the business lines I’m involved in? How do my IP protections increase the value? If you can’t see how your trademark is going to increase the value of your business beyond simply having it, you want to think twice before you start spending a lot of money in protecting assets that may not generate revenue for you in the future,” he concluded.


    0 0

     1agld1r.gifSTEFAN RADUCANU.JPG1AGLD2D.gifStefan V. RADUCANU, Consultant eBusiness

     - Stratégie
    - Gestion de Projet
    - Dévt. d'activités

    30 années d'expérience dans le secteur électronique et informatique, dont 16 années en eBusiness

    L’activité eBusiness, récente et en devenir, commence seulement à s’organiser et à définir son cadre d’intervention, ses métiers, sa terminologie. Ces éléments restent aujourd’hui encore flous pour beaucoup, notamment lors la définition des rôles, de la responsabilité et des profils des intervenants, qu’ils soient prestataires externes ou en poste dans l’entreprise.

    Ce site se propose donc de présenter l’activité eBusiness autour de deux rubriques principales, qui s’enrichiront de nouvelles très rapidement :
    La rubrique eBusiness présente une approche du secteur, en termes de métiers, de cas d’études, d’exemples de projet et de méthodologie.
    Elle vous proposera prochainement des benchmarks sur les outils NTIC, notamment sur les besoins ou objectifs qu'ils peuvent satisfaire.
    Pour rester « à jour », la rubrique Actualités regroupe des articles et informations parus sur d’autres sites Internet ou dans la presse spécialisée concernant l’eBusiness, les NTIC et les évolutions à connaître ou suivre du secteur.

    Bonne lecture et n’hésitez à faire part de vos impressions ou de vos attentes d’évolutions par la rubrique contact.
     

    Présentation de l'activité eBusiness

    L’eBusiness est un terme générique qui implique le recours aux Nouvelles Technologies de l'Information et des Communications (NTIC) pour traiter les relations d'une entreprise avec d'autres entreprises, des organisations, des particuliers ou ses propres employés.

    Plus simplement, l’eBusiness a pour vocation de rendre possible ou de faciliter l’échange d’informations pertinentes entre deux ou plusieurs entités.

    L’eBusiness est un terme générique qui implique le recours aux Nouvelles Technologies de l'Information et des Communications (NTIC) pour traiter les relations d'une entreprise avec d'autres entreprises, des organisations, des particuliers ou ses propres employés.

    Plus simplement, l’eBusiness a pour vocation de rendre possible ou de faciliter l’échange d’informations pertinentes entre deux ou plusieurs entités. Les NTIC regroupent l’ensemble des technologies et applications informatiques permettant cet échange, leurs principaux atouts étant :
    • leur « légèreté » permettant une mise en production rapide reposant généralement sur de l’existant : BDD, SI, ERP,…
    • leur standardisation garantissant leur évolutivité et leur compatibilité future
    • leur interopérabilité, des applications différentes pouvant communiquer entre elles
    • leur portabilité permettant l’accès à l’information depuis différents supports : micro-ordinateurs, téléphones mobiles, PDA, consoles ou bornes d’accès, …
    • leur accessibilité : depuis le bureau, le domicile, des bornes wifi, son téléphone mobile, par internet, par email, par sms, …

    Le champ d’intervention de l’activité eBusiness est donc très large car peut répondre à des besoins, des problématiques et des objectifs très différents pouvant émaner de chacun des services et départements d’une entreprise, à savoir, par exemple :

    • marketing : sites internet de marque (branding) ou institutionnels (corporate), recrutement/fidélisation (emailing, marketing viral, sites web), publicité, soutien d’une campagne de communication offline, trade marketing, satisfecit client, études qualitatives, quantitatives, comportementales ou de positionnement…
    • communication interne : messagerie, workflow, gestion documentaire, gestion de projets, gestion des connaissances…
    • commercial : ventes en ligne (e-commerce), catalogues, outils promotionnels ou de relance client, outils d’aide à la vente (présentation des avantages produits ou services en ligne), gestion des plannings, relevé des prix et des linéaires, suivi des commandes, retours clients…
    • achats : eProcurement, places de marché, appels d’offre en ligne…
    • technique : services en ligne après-vente ou technique…
    • logistique : suivi de la fabrication, des livraisons…
    • ressources humaines : recrutement en ligne, informations sur les opportunités d’évolution, de formations, e-learning…etc…

    Cependant, pour satisfaire ces besoins ou objectifs il est souvent difficile pour le service concerné d’élaborer, voire d’imaginer, de lui-même la stratégie eBusiness et l’organisation qui y répondront.

    Il est en effet peu concevable que chaque service et département de l’entreprise maîtrise ou connaisse tous les outils NTIC existants, détermine les plus pertinents à l’atteinte de leurs objectifs, en suive leur développement et anticipe les conséquences de leur intégration dans l’organisation informationnelle de l’entreprise.

    C’est ici qu’intervient le Consultant eBusiness (prestataire externe) ou l’eBusiness Manager (employé de l’entreprise).

    Consultant eBusiness

    Le Consultant eBusiness est avant tout un manager qui intervient à toutes les étapes de vie d’un projet eBusiness.

    1- Stratégie eBusiness

    Le consultant peut tout d’abord aider l’entreprise à formaliser ses objectifs eBusiness pour élaborer la stratégie adéquate. Pour cela, le consultant doit parfaitement appréhender les enjeux de l’entreprise, son métier, son marché, son fonctionnement, notamment interne, et anticiper son évolution pour intégrer tous ces éléments au projet. 

    Ces objectifs une fois clairement définis, le consultant doit déterminer les besoins actuels et futurs nécessaires à leur atteinte (expression des besoins).
    Dès lors, il peut préconiser à l’entreprise la stratégie eBusiness afférente.

    Cette stratégie intègre de nombreux paramètres, comme les moyens et leviers permettant sa réalisation, l’organisation des flux d’information, la mise en œuvre de synergies entre différents départements de l’entreprise, la sensibilisation et la formation des équipes, un plan de communication (interne, médias…), le cadre législatif, les contraintes qualité/coûts/délais, le ROI, etc.

    Et, éléments incontournables, elle préconise les technologies et applications NTIC les plus adéquates tant en termes d’atteinte d’objectifs qu’en intégration optimale au système d’information de l’entreprise.

    Car, si l’utilisation des NTIC n’est pas une fin en soi mais un moyen de réaliser des objectifs concrets, elle doit parfaitement s’intégrer à l’organisation de l’entreprise sans provoquer de changements radicaux et surtout ne doit pas être un frein aux développements futurs. Bien au contraire, elle doit en être un des moteurs.

    2- Gestion de projet (assistance à maîtrise d’ouvrage)

    Une fois la stratégie adoptée par la direction, commence sa mise en œuvre. Le consultant devient alors un Chef de Projet responsable de sa réalisation, respectant les contraintes Qualité/Coûts/Délais et manageant des équipes pluridisciplinaires.
    Il intervient notamment auprès :

    • de la maîtrise d’œuvre qui développe la partie technique (SI, équipes internes et/ou prestataires) pour assurer le suivi des différentes étapes : spécifications techniques et fonctionnels, développement, livrables, recettes, mise en production…
    • des équipes marketing et commerciales qui préparent sa mise en production, son lancement et son développement pour les sensibiliser ou les former à leur nouveaux outils.
    • des directions opérationnelles pour rendre compte de son évolution et des opportunités apparues et de l’organisation en cours.
    • du service juridique pour définir les cadres législatifs (CNIL, sites Internet, sites de ventes en lignes, espaces carrières et recrutement…).
    • de la comptabilité, de la production et du service logistique dans le cas de projet d’e-commerce,
      du service RH pour définir les évolutions/créations de postes et formations s’il y a lieu.
    • etc…

    3- Suivi, développement de l'activité et évolutions

    Le projet est maintenant opérationnel.
    Le consultant eBusiness suit dorénavant son évolution dans le respect de la stratégie élaborée, aide à la mise en œuvre du plan de communication, analyse le retour des utilisateurs pour améliorer sa pertinence et son ergonomie, affine les projections et anticipe les besoins techniques, marketing, commerciaux ou financiers à venir.

    Il doit aussi sensibiliser les équipes internes à l’utilisation des outils implémentés mais aussi expliquer ceux existants par ailleurs et en présenter les utilisations possibles dans le cadre de leur activité, pour qu’elles puissent à court terme envisager d’elles mêmes ces nouvelles opportunités offertes par les NTIC et avoir une bonne vision des perspectives et projets à venir.

    L'eBusiness Manager

    L’eBusiness Manager présente le même profil, les mêmes compétences (cf. chapitre suivant) et a la même fonction que le Consultant eBusiness, à la différence près qu’il est un cadre employé de l’entreprise.

    Les avantages pour celle-ci :

    • Il a une meilleure connaissance du métier, de l’organisation et du fonctionnement de l’entreprise. Il dispose donc d’une parfaite vision à moyen terme (pas de long terme dans les nouvelles technologies) des développements nécessaires ou à venir.
    • Employé de l’entreprise, il est souvent mieux accepté qu’un consultant par les salariés notamment lors d’audit. Sa perception des évolutions attendues par les équipes en interne sera bien plus pertinente. De même, il appréhendera mieux les incidences sur l’organisation (changement, formation, frein ou craintes) dues à l’intégration d’un projet eBusiness.
    • Amené à dialoguer avec tous les services de l’entreprise au cours d’un projet eBusiness, il détecte de nouvelles opportunités d’amélioration des échanges d’information au sein de la société. Il est une réelle force de proposition.

    On retrouve souvent le service eBusiness intégré à la DSI ou au département Marketing, selon l’orientation générale qu’on lui confère.

    Cependant, de plus en plus d’entreprises envisagent l’eBusiness comme un département à part entière, directement rattaché à la Direction Générale car, comme expliqué précédemment, ce service est amené à gérer un champ très large de projets allant au-delà des aspects techniques informatiques ou purement marketing.

    Mais par sa nature, le service eBusiness reste étroitement lié à tous les autres départements de l’entreprise puisque travaillant pour la réalisation de leurs objectifs respectifs au cours de projets transversaux.

    A ce titre, faisant en quelque sorte office « d’électron  libre »  à la recherche  d’idées nouvelles pour améliorer l’organisation de l’information et les échanges inter-intra-extra société, l'eBusiness Manager représente aussi un excellent moyen pour la Direction Générale d’obtenir un retour terrain ainsi qu’un état des lieux sur le niveau de communication de l’entreprise. 

    Profil et Compétences

    Par nécessité, le Consultant / Manager eBusiness possède des compétences généralistes ainsi qu’une très forte culture d’entreprise. 

    C’est un gestionnaire qui appréhende parfaitement les objectifs et enjeux de l’entreprise dont il gère l’activité eBusiness et qui sait proposer un plan de développement (business plan) ainsi qu'un modèle économique propres à son domaine ou aux projets suivis.

    Plus il a pu occuper de fonctions dans différents départements d’une société (marketing, commercial, production…) mieux il en percevra les besoins et plus aisé sera le dialogue avec les directions opérationnelles. Il gagne alors en légitimité et en crédibilité, notamment lorsqu’il a à encadrer des équipes pluridisciplinaires.

    Inévitablement, il sait gérer des projets informatiques (eBusiness), idéalement comme assistance à maîtrise d’ouvrage.

    Il ne possède pas obligatoirement de bagages techniques spécifiques, mais doit cependant avoir de solides connaissances sur les outils et applications propres aux NTIC et à l’eBusiness ainsi que sur leur environnement technique. Il procède régulièrement à une vieille technologique.

    En résumé, les compétences idéales d'un consultant ou manager eBusiness seraient : 

    • expériences généralistes : en gestion, en management, en marketing, commerciales
    • connaissances des outils NTIC, de leur environement technique et de leur utilisation potentielle
    • gestion de projet : assistance à maîtrise d'ouvrage
    • adaptabilité, sens critique et de l'analyse, écoute et bon relationnel, réalisme et force de proposition
       

     


    0 0

    1agld1r.gifHistography. Une infographie interactive de l’histoire de l’humanité 20150119_111848.jpg

    Histography est un projet fou et démesuré qui présente à travers une frise chronologique interactive l’histoire de l’humanité du Big Bang jusqu’en 2015. Rien que ça.

    Un véritable coup de coeur pour ma part pour ce projet une des grandes écoles des beaux arts en Israel qui est un exemple éclatant de la puissance de la datavisualisation.

    Histography est un outil en ligne encyclopédique pour aborder l’histoire à travers une frise chronologique gigantesque qui permet d’analyser les évènements survenus lors d’une même époque de manière simple et illustrée. Des nuages de points. Des milliers de points liés à l’histoire de l’humanité liés entre eux et rangés par date sur une ligne du temps.

    Histography

    La source d’Histography ? Wikipédia tout simplement. Les créateurs de cette infographie ont réussi à représenter graphiquement toute la richesse contenue dans la grande encyclopédie collaborative.

    Il suffit de déplacer le curseur du temps pour définir la période que vous voulez consulter. Des milliers de points vont venir se ranger au dessus. En passant votre curseur sur chacun d’entre eux vous aurez accès à un rapide résumé de l’évènement.

    Histography

    En cliquant dessus on accède à la fiche complète et la possibilité de lire l’article complet sur Wikipédia, de consulter les articles liés qui vont au passage apparaitre dans l’infographie ou encore consulter un contenu multimédia, la plupart du temps il s’agit de vidéos. Formidable. Vous pouvez déambuler d’un point à l’autre, mais aussi à travers toute une série de catégories proposées sur un menu à gauche de la frise.

    Je viens d’y passer un long moment à me promener au gré des points, des périodes et des connexions entre évènements. Un vrai régal. La réalisation est juste impeccable. Fluide, élégante, intuitive. Les créateurs d’histography ont même pensé a un habillage sonore ( que vous pouvez couper ) pour vous permettre de vous immerger dans ce puits gigantesque consacré à notre histoire.

    Histography est gratuit et à la portée de tous. Je suis certain que ce site est appelé à devenir une référence, d’autant qu’il est parti pour durer. Ses créateurs ont réussi l’exploit de faire que la frise continue de grandir toute seule au fur et à mesure des nouvelles publications sur Wikipédia. Formidable, je vous recommande chaudement la visite.

    Lien: Histography


    0 0

    documentarisation,stefandefrance,dipl.ing.stefanv.raducanu,coach de votre destin numérique,animateur éditorial,cyber (bénévolat en ligne),e-bénévole,francewebasso,sru-electronics,bénévole  J'aime que tu plussoies.

    La qualification des interactions documentaires sur le web est un chantier complexe auquel je m'efforce de m'atteler depuis ma thèse. Le lien (hypertexte) est l'essence du web ; de la nature relationnelle du web. Les systèmes comme le "like" de Facebook sont un contresens manifeste du projet qu'était le web dans l'esprit de ses pères fondateurs. Je me suis déjà largement expliqué sur ce sujet dans ces 2 billets :


    0 0

    Avons-nous besoin de gourous ?

     
    Par le 21/09/15 | 8 commentaires | 1,090 lectures | Impression
    L’idée que, dans le domaine de la technologie et de l’innovation, certains grands hommes font l’histoire, perdure. Le self-made man, brillant programmeur, ingénieur, capitaine d’industrie ne cesse de se renouveler, estime Amanda Schaffer pour la Technology Review. Dernier en date : Elon Musk est en passe de détrôner Steve Jobs au Panthéon des grands gourous de la techno.

    Pourtant, les historiens spécialistes de la science et de la technologie savent bien que les innovations les plus importantes ne sont pas portées par un inventeur isolé, explique l’historien Daniel Kevles (voir également l’article de Rémi Sussan, “Les mécanismes de la créativité”). Les grands leaders comptent sur les ressources et les possibilités que le contexte leur offre, ce qui signifie qu’ils ne façonnent pas tant l’histoire qu’ils sont moulés par les moments dans lesquels ils vivent. Le storytelling autour du succès de Musk par exemple ne parvient pas à reconnaître l’importance des innovations qui le précèdent dans le domaine des batteries, des cellules photovoltaïques ou du voyage spatial, pas plus qu’il ne mesure le rôle des subventions pour le développement des véhicules électriques ou des panneaux solaire ou le rôle de la recherche fondamentale publique des années précédentes… 

    “Le problème avec ces représentations, c’est qu’elles ne sont pas seulement inexactes et injustes pour de nombreux contributeurs aux nouvelles technologies. En déformant la compréhension populaire de la façon dont les technologies se développent, le mythe du grand homme menace de saper le développement des structures qui sont réellement nécessaires pour les innovations futures”, estime la journaliste.

    En s’appuyant sur la récente biographie de Musk publiée par Ashlee Vance (mais elle aurait pu également s’appuyer sur celle de Bezos par Brad Stone ou celle de Jobs par Walter Isaacson), Amanda Schaffer rappelle que le succès de Musk dépend fortement de personnes ayant bien plus d’expériences que lui dans l’aéronautique ou l’énergie et plus de savoir-faire dans la gestion des organisations que le colérique patron de Tesla. SpaceX a capitalisé sur des années de recherche spatiale de la Nasa, à un moment où le soutien public à celle-ci a diminué. Les batteries lithium-ion de Tesla reposent sur les recherches menées dans les années 80 grâce aux financements de la National Science Foundation (NSF) et les sociétés de Musk ont énormément bénéficié de prêts garantis et de subventions du ministère de l’énergie et du Nevada pour des montants de plusieurs milliards de dollars (voir notamment “Construire l’Etat innovant”).

    Le comportement de ces grands hommes (Musk comme Jobs ou Bezos…), qui tous semblent avoir pris au sérieux leur succès, fait qu’ils sont bien souvent leur pire ennemi. Leur comportement “désagréable” les empêche plus qu’il ne les aide, comme le souligne Tony Schwartz, le spécialiste du management libéré qui pilote le projet Energie, dans le New York Times, en se moquant du mauvais comportement de ces grands visionnaires. Leur comportement antisocial, cruel, tyrannique, souvent inadmissible avec leurs collaborateurs, ne cadre pas avec la recherche en science des organisations et en psychologie qui montre que les meilleurs employés sont plus épanouis et productifs quand ils sont respectés et appréciés

    654961_les-debuts-de-jeff-bezos-et-damazon-web-0203339705103Alors pourquoi des hommes si brillants, souvent décrits comme sensibles, se comportent-ils ainsi ? Pour Tony Schwartz, la première explication est qu’ils le peuvent. Ils ont les moyens de leurs colères et les clients se moquent de comment a été fait le produit. Les employés eux-mêmes sont prêts à sacrifier beaucoup de choses pour travailler avec des visionnaires, des gens passionnés, inspirants, charismatiques. Comme le souligne Vance dans son livre sur Musk, malgré son style brutal ou ses attentes parfois ridicules, ceux qui ont travaillés avec lui, même s’ils ont été licenciés, le vénèrent souvent et parlent de lui comme d’un super-héros ou d’un dieu, comme le faisait remarquer Pierre Haski dans la synthèse qu’il faisait du livre pour Rue89. Pour Schwartz, ce comportement ne s’explique pas tant par un sentiment de supériorité que par un sentiment d’insécurité et de perte de contrôle. Reste que ce style de management n’amène pas les gens à mieux travailler de manière durable. Pire ajouterai-je, en quoi est-il un modèle pour l’avenir du travail ? L’ambition et la volonté qu’incarnent ces leaders charismatiques, ne font-ils pas plus partie des maux qui nous accablent que de leur résolution ? L’autorité, et la soumission à celle-ci qu’ils représentent, ne sont-ils pas d’abord et avant tout un faux modèle qui ne nous aidera en rien à faire face à la complexité du monde ? 

    Pour Amanda Schaffer, ce mythe du héros d’industrie a d’autres conséquences négatives. D’abord, cette figure du patron isolé permet à ces grands patrons de retirer des richesses disproportionnées par rapport à leur contribution. Le storytelling du self made man permet aussi de ne pas avoir à retourner ses bénéfices aux organismes publics qui ont permis la recherche fondamentale originelle, comme la NSF, que ce soit par l’impôt ou par une moindre optimisation fiscale que celle que ces sociétés pratiquent. Enfin, ces héros de la technologie tendent à déformer notre vision de l’avenir : pourquoi le gouvernement devrait-il travailler à réparer et améliorer les problèmes de transports de la Californie quand Musk promet l’hyperloop ? Pourquoi la Nasa devrait-elle s’intéresser à la colonisation de Mars ? N’y-a-t-il pas des programmes plus importants qui ne sont pas mis dans l’agenda des priorités de recherche du fait des lubies de célébrités isolées ? 

    Dit autrement, ces leaders et les visions qu’ils imposent au monde, empêchent peut-être le développement de propositions alternatives, prises sur des bases plus partagées, au profit du bien commun, et pas seulement des quelques sociétés dont ils restent d’abord et avant tout les représentants autoproclamés.

    Managers brutaux, management brutal

    jobsisaacsonLe comportement brutal de ces leaders a peut-être une autre conséquence également : celle de favoriser la reproduction d’un management brutal et d’une surveillance, d’un contrôle permanent, des employés. Natasha Lennard pour Fusion revenait récemment sur la polémique suscitée par l’enquête du New York Times sur les fonctionnements brutaux du management d’Amazon envers ses employés (voir la synthèse en français de Slate.fr). Pour elle, ce mode de management basé sur la surveillance et l’épuisement des employés est précisément la façon dont fonctionnent les entreprises de technologie. Les lieux de travail gouvernés par les données qui mettent les travailleurs sous surveillance constante, exacerbent la compétitivité et ne peuvent pas produire d’autres formes d’organisation que la compétition puisque le but même de ce management piloté par les données est d’améliorer toujours la performance et les résultats. Le rêve de management de Bezos n’est qu’un cauchemar cybernétique, où toutes les tâches et tous ceux qui les accomplissent sont mesurés, confrontés les uns aux autres, et transformés en données, créant un écosystème punitif de plus en plus compétitif.

    “L’empathie n’y est nulle part favorisée. Il n’y a rien de neutre dans les données. Elles servent le but de compter ce qu’on a choisi d’énumérer. Le modèle d’Amazon repose sur l’efficacité et le volume, il n’est pas conçu pour le bien être.”

    Bezos n’est pas à l’origine de ce modèle de management, mais il est l’un de ses apôtres, rappelle la journaliste. Certes, les données libèrent le management de l’autonomie des travailleurs et facilitent la prise de décision, mais elles ne libèrent pas l’employé. Les entrepôts d’Amazon ne sont pas seulement des “ateliers clandestins” brutaux, ils sont avant tout un rêve tayloriste où chaque mouvement est décomposé et mesuré (voir le reportage de la Technology Review de cet été dans l’entrepôt le plus récent d’Amazon qui y teste les limites de l’automatisation et de la collaboration homme-machine).

    Karen Levy, chercheuse à l’Institut de recherche Data & Society, a réalisé une étude sur trois ans pour comprendre comment le suivi du rendement nuisait à l’industrie du transport. Les dispositifs GPS de surveillance des conducteurs routiers, installés à l’origine pour s’assurer que les employés respectaient les pauses auxquels ils étaient tenus a été détourné pour diminuer leur résistance à la surveillance. “Si vous distrayez les travailleurs avec l’idée qu’ils doivent jouer le jeu, ils ne remettent pas en cause les règles du jeu”, expliquait la chercheuse au New York Times.

    Comme on ne gère bien que ce qu’on mesure, pour le spécialiste de l’entrepreneuriat Michael Schrage dans la Harvard Business Review : si la culture des chiffres d’Amazon se soucie du bien-être de ses employés, comme l’a depuis affirmé Jef Bezos en répondant à l’enquête du New York Times, alors Amazon doit intégrer le bien-être à ses métriques. Reste à trouver le chemin pour produire des nouvelles métriques qui favorisent l’empathie, la compassion, le bien-être… 

    Hubert Guillaud


    0 0

    Research Starts Here

    20150119_111848.jpgMa sélection...que vous réserve cette journée ? Amour, argent, travail à quoi devez vous vous attendre ? Découvrez votre blog spécialement écrit par Stefan de France. Pour en savoir davantage sur votre avenir ou sur l'avenir de vos entreprises n'hésitez pas à venir régulièrement nous retrouver sur notre site .

     Stefan V. Raducanu et son temps -> " Initiative " est peut-être le mot-clé de cette journée

     son nouveau monde du travail qui consistera à digérer une information devenue nourriture émotionnelle et cognitive, à traiter en permanence une somme de données toujours plus pléthorique, à gérer le simultanéité et tisser des liens en permanence, à mobiliser dans le cadre de son travail ses amis et les amis de ses amis... Bref, un nouvel état des lieux où l’environnement physique, social et juridique du travail aura totalement transmuté sous l’effet des nouvelles technologies.

    The Need for Speedy Information Online

    Your Way to Better Search Results

    The best engine from one place

    01 net,6Ter,20minutes,60millions,23,2424actu,Abondance,Actualités France, Actuorange,Actualtés Yahoo,ADIT,ADIT,ADmagazine,AFP,AgoraVox,Alergique,AlloCiné,AlterInfo,Amazon,AMF,Association de Maires de France,Android Software,Antenne Réunion,Anuaire de Radios Françaises,APCE,Assemblée Nationale,Avantages,        Aujourd'hui en France,Auto-Journal,Automobile,autoMOTO,AFP - Agence France Presse,Art&Decoration,BIBA,BFMTV,Blogparfait,Bien Public, Le,BastideLife,Berry, Le,Bonheur,Bourse,CahiersCinema,Challenges,LE CHASSEUR FRANCAIS,Chateau de Versailles,Canard Enchainé,Centre Pompidou,Charente libre,Cherie25,Clicanoo,Closer,        Clubic,Cnet France,CNRS,Connaissance des Arts,Connexion,Cosmopolitan,Courrier International,D8,17,Direct Soir,Cuisine et Vins de France,Décisions Achats,Echos, Les,Elle,Entreprise L,Equipe, L',ESPNF1,Euractiv,EuroFora,Eurosport,Europe 1,Expansion, L',Expatica,Express, L',Femme Actuelle,Figaro, Le,France 2 Infos, France 3 Infos,        France 4,France 5,France Diplomatie,France Info,France Inter,France Football,France24,France Musique,FranceSoir,FrenchNewsOnline, French Property News,Geo World Online GWO,Gizmodo,GNT,Grands Reportages,GRAZIA,Gulli,Guadeloupe,Guyanne,Herald de Paris,HD1,HTC Dev,Humanité, L’,Inist,INPI,Ile-de-France,        International Herald Tribune,Internaute L',Investir,iTele,ITespresso,Jardin pratique,JDC Le,Jeune Afrique,Jeune Afrique L'intelligent,Jeuxvideo,Journal des Enfants, Le,Journal de la Haute-Marne, Le,Journal du Dimanche, Le,Journal du Geek, Le,Journal du Net,Journaux Officiels,La Croix,La Depeche, La pêche et les poissons,LARuche,        La Voix du Nord,LCI - La Chaîne Info,LesAffaires,L'Equipe21,L'Etudiant,L'Histoire,Le Huffington Post,Le journal de la maison,Le Journal de Mickey,Le monde des ados,Le Monde du Camping Car, LFP,Le Spectacle du Monde,LFP,Le Turf,Libération,Libre Journal, Le, Lire,L'Indépendant,L'OBS,Logiciel,Lost in France,Louvre,M6,Mains et Merveilles decoMarie-Claire,Marie-Claire Maison,Marie France,Maison & Travaux,Magazine Littéraire,Marianne2,Martinique,Maxi,Mayotte,Mediapart,Metro France,Metropole Paris,Modes & Travaux,Mon Jardin et ma Maison,Monde Diplomatique, Le,Monde, Le,Monde Informatique, Le,MOTO journal,MyTF1news,NRJ12,NT1,News in Normandy,        News Press,Notre temps,Nous Deux,Nouvel Observateur, Nouvelle Caledonie,OM PLanet,Ouest France,Outre mer 1ere,Xinhua, Agence,PARENTS,Paris Match,Paris Voice, Parisien, Le,Paris Women,Particulier, Le, Pays, Le,Petit Journal, Le, Phoceen, Le,Pirouette,Plain Vie,Planète Cheval au nature,Point de Vue, PoissyWeb,Premiere Presse,

            Point, Le,Polinésie,Politis,Potins, Psychologies,Public Sénat,Questions de femmes,Radio France Internationale, Recherche, La, Réponse a tout,Residences Decoration,

    Réunion,Reuters France,Riviera Magazine,Riviera Times,Revenu, Le,RMC,RMC SPORT, RTL,Rolling Stone,RUNNERS,Rue89,Saint Barth,Saint Martin,Saint-Pierre et Miquelon,         Science et Vie,Site Officiel de la France,Site Officiel de Tourisme en France,So Foot,Stuff,SudOuest,System D,Télégramme, Le, télé7joursjeux,Télé Loisirs, TF1 Infos,Télécable Sat,Télérama,Télé star,Témoignage Chrétien,Top Santé,The Local,TMC,Tribune, La,Trombinoscope, Le,TV5Monde,UNESCO Courrier, Valeurs Actuelles,        Vanity Fair,VeilleMag,Vélo Magazine, VivaDeco,Vivre Bio,Vocable,VOGUE,Voiles et Voilliers,Votre Beauté,Voyages SNCF, Voltaire Network,ZD Net,W9,Winnie et ses amis,Wallis et Futuna


    0 0

     

     STEFAN RADUCANU.JPGStefan Raducanu, coach de votre destin numérique

    Stefan Raducanu, ingénieur électronicien, 30 ans d'expérience dans l'industrie électronique, auteur de 4 brevets d'invention, spécialiste en électronique de puissance et analogique, expert de la dynamique HCI (Human Computer Interaction). Membre de IEEE et SEE,  mène de nombreux projets de Communautés de pratiques sur Internet.

    Fondateur d’E-GLOBALNETWORK est consultant  et expert international reconnu dans les domaines du KM, spécialiste de NTIC, travail collaboratif, créateur des Portails B2B, B2C, B2X, KM, annuaires d'entreprises et de TIC- technologies d’information collaboratives.

    Entrepreneur, conférencier, enseignant, voyage à travers le monde dans le but de diffuser son concept et d'aider les entreprises à atteindre l'objectif. Son approche unique pour encourager le travail collaboratif, la créativité et l'excellence individuelles et organisationnelles font de lui une ressource indispensable pour le monde des affaires.

    Sa vision insuffle à l'humain et à l'organisation un sens d'autonomie et de responsabilité, permettant de libérer leur pouvoir créateur. C’est un spécialiste et un praticien de la stratégie du changement, du leadership et de la transformation compétitive des organisations dans la société de l’information et l’économie de la connaissance.

     

    Auteur, blogueur et entrepreneur, expert reconnu du Web 2.0, des réseaux sociaux et du Personal Branding (identité et réputation numériques). Concepteur d’applications Web pour les entreprises (FranceWeb, BusinessCenter, Famille d'Entreprises,Forum e-Global) et pour le grand public (FranceWeb Association, Bonheur,) également auteur de quatre  blogs : Web Collection, Web Gallery, PoissyVille Connectée.World News Center.

    Ma marque personnelle

    Je suis un connecteur et un explorateur. J’aime explorer tous les domaines qui permettent de connecterles gens à travers leurs intelligences et leurs savoirs. Tout comme le management de l’intelligence collective, l’intelligence relationnelle, les réseaux sociaux ou le Web 2.0, le Personal Branding est une démarche qui permet de vous connecter efficacement avec vos contacts professionnels, vos références et votre audience en valorisant vos talents, votre valeur ajoutée et votre singularité. Connecteur du physique et du numérique, j’aide en particulier mes clients à articuler leurs actions face à face et en ligne, à être plus visibles et plus reconnus sur Internet tout en restant authentique.

    Territoire

    • Les dirigeants
    • Les entrepreneurs
    • Les managers
    • Les entreprises, les associations, les collectivités

    Prestations

    • Diagnostic de votre marque personnelle numérique
    • Construction de votre marque personnelle en ligne
    • Personal Branding (Se connaître, se faire connaître et se faire reconnaître)

    Stefan Raducanu est accrédité par FranceWeb comme consultant (membre titulaire). Par ailleurs, Stefan Raducanu est co-fondateur et Président de FranceWeb Association.

    Stefan Raducanu- Offre

    J'évalue

    les chances commerciales de nouveaux produits qui s'inventent et se lancent sur le marché, en rappelant leurs raisons d'être, leurs objectifs, leurs atouts et les données de la concurrence, j'analyse, je compare, je souligne les opportunités et les handicaps.

    Je raconte

    des histoires d'entreprises qui ont toutes quelque chose d'exemplaire, par leurs objectifs, leurs méthodes, leurs moyens, leurs équipes ou leurs résultats..Certaines débouchent sur des succès incontestables, qui viennent récompenser le talent des hommes et la justesse de la vision. D'autres aboutissent à des échecs inéluctables, sans que les équipes aient pour autant démérité.

    Je stimule

    la réflexion et l'agilité intellectuelle. J'expose en quelque lignes une décision industrielle ou financière, une situation de crise vécue par une entreprise et j'anticipe les conséquences prévisibles en proposant les différents scénarios envisageables.

    Je choisis

    l'événement de la semaine dans l'actualité chaude, en fonction de son impact avéré ou probable. Il peut s'agir d'une décision politique ou économique, d'une innovation technologique, d'un débat de société, d'un nouveau rapport de forces international. Après l'exposé des faits, j'en présente les vrais enjeux et les répercussions auxquelles se préparer.

    Je parle

    de la trajectoire professionnelle des hommes et des femmes qui progressent dans leur carrière. De leur formation d'origine à leurs responsabilités actuelles, je résume en quelques lignes le différentes étapes de leur parcours au sein de leurs entreprises successives.

    Je me préoccupe

    de rendre l'information la plus concrète, la plus immédiatement accessible, la plus vivante. Je recours pour cela à toutes les ressources graphiques de la mise en page moderne: signalétique rigoureuse, encadrés synthétiques, tableaux récapitulatifs, schémas de fonctionnement, photos des personnes en question, chiffres clés..

    Je surveille

    de près les nouveaux textes législatifs et réglementaires, leur champs d'application, les évolutions observées dans leur interprétation. A travers analyses et jurisprudence, j'actualise vos connaissances dans tous les domaines du droit touchant à l'entreprise, à l'industrie et au salarié.

    Je recense

    les idées, les procédures et les méthodes que  des individus ou des équipes inventent et mettent en oeuvre pour résoudre une difficulté, améliorer une rentabilité, gagner en temps, en énergie ou en matière première. Je fais partager les avancées des savoir-faire et des compétences.

    J'annonce

    les salons, les conférences, les colloques, les congrès. Je donne le calendrier des événements professionnels et des formations susceptibles d'enrichir vos connaissances, vos compétences et vos savoir-faire, ou ceux de vos collaborateurs.

    J'apporte

    la dimension économique, technique et industrielle qui vient compléter votre information hebdomadaire et que vous ne trouvez nulle part ailleurs. Journal des cadres et des services, des entreprises qui produisent des biens, j'ai pour ambition de nourrir aussi votre culture personnelle.

    Je fais référence

    en matière de mercuriale, puisque mes indices et cotations sont utilisés comme base contractuelle lors de certaines transactions.

    J'invite

    chacun à mieux vivre sa vie professionnelle. Je lui fais partager les expériences positives vécues par d'autres, je lui épargne, dans la mesure du possible, les erreurs.

    J'interroge

    les ingénieurs qui développent des solutions originales, créent des produits ou des procès nouveaux. J'écoute les managers qui redonnent du souffle à des structures fatiguées, réorientent et motivent des organisations sur des objectifs valorisants, dynamisent des équipes en passant au travail par projets.

    J'explique

    les innovations les plus prometteuses qui surgissent en permanence dans les différents domaines: matériaux, produits, technologies, procès, schémas, dessins et éclatés en visualisant les caractéristiques et permettant une compréhension immédiate. Je précise les enjeux, les limites et les répercussions.

    J'ouvre en grand

    les fenêtres sur le paysage industriel et sur tout ce qui en constitue l'actualité semaine après semaine. Je garde  un oeil attentif sur les entreprises et leurs projets, leurs ambitions et leurs résultats,et ce, dans toutes les branches: automobile, aéronautique, informatique, électronique, biotechnologie, communication, etc.

    Je confronte

    les points de vue et les arguments avancés dans les débats importants du moment. Je mets en parallèle les prises de position, les données chiffres, les faits, les perspectives et les enjeux réels. Je fournis les éléments d'appréciation nécessaires à chacun pour se faire sa propre opinion.

    J'offre

    L’accès gratuit à mes sites d'actualité en ligne dont certains services à forte valeur ajoutée est exclusivement réservé aux  abonnés. Un identifiant et un mot de passe vous seront attribués à cet effet.

    Contact : Stefan Raducanu   Président FranceWeb Asso, 3 rue Blanche de Castille 78300 Poissy

    tél. : 01 39 65 50 34  mobile 06 21 97 47 999     mailto:stefanraducanu@yahoo.fr

     


    0 0

     1agld1r.gifStefan RADUCANU, Consultant eBusiness

     20150119_111848.jpg- Stratégie
    - Gestion de Projet
    - Dévt. d'activités

    30 années d'expérience dans le secteur électronique et informatique, dont 16 années en eBusiness

    L’activité eBusiness, récente et en devenir, commence seulement à s’organiser et à définir son cadre d’intervention, ses métiers, sa terminologie. Ces éléments restent aujourd’hui encore flous pour beaucoup, notamment lors la définition des rôles, de la responsabilité et des profils des intervenants, qu’ils soient prestataires externes ou en poste dans l’entreprise.

    Ce site se propose donc de présenter l’activité eBusiness autour de deux rubriques principales, qui s’enrichiront de nouvelles très rapidement :
    La rubrique eBusiness présente une approche du secteur, en termes de métiers, de cas d’études, d’exemples de projet et de méthodologie.
    Elle vous proposera prochainement des benchmarks sur les outils NTIC, notamment sur les besoins ou objectifs qu'ils peuvent satisfaire.
    Pour rester « à jour », la rubrique Actualités regroupe des articles et informations parus sur d’autres sites Internet ou dans la presse spécialisée concernant l’eBusiness, les NTIC et les évolutions à connaître ou suivre du secteur.

    Bonne lecture et n’hésitez à faire part de vos impressions ou de vos attentes d’évolutions par la rubrique contact.
     

    Présentation de l'activité eBusiness

    L’eBusiness est un terme générique qui implique le recours aux Nouvelles Technologies de l'Information et des Communications (NTIC) pour traiter les relations d'une entreprise avec d'autres entreprises, des organisations, des particuliers ou ses propres employés.

    Plus simplement, l’eBusiness a pour vocation de rendre possible ou de faciliter l’échange d’informations pertinentes entre deux ou plusieurs entités.

    L’eBusiness est un terme générique qui implique le recours aux Nouvelles Technologies de l'Information et des Communications (NTIC) pour traiter les relations d'une entreprise avec d'autres entreprises, des organisations, des particuliers ou ses propres employés.

    Plus simplement, l’eBusiness a pour vocation de rendre possible ou de faciliter l’échange d’informations pertinentes entre deux ou plusieurs entités. Les NTIC regroupent l’ensemble des technologies et applications informatiques permettant cet échange, leurs principaux atouts étant :
    • leur « légèreté » permettant une mise en production rapide reposant généralement sur de l’existant : BDD, SI, ERP,…
    • leur standardisation garantissant leur évolutivité et leur compatibilité future
    • leur interopérabilité, des applications différentes pouvant communiquer entre elles
    • leur portabilité permettant l’accès à l’information depuis différents supports : micro-ordinateurs, téléphones mobiles, PDA, consoles ou bornes d’accès, …
    • leur accessibilité : depuis le bureau, le domicile, des bornes wifi, son téléphone mobile, par internet, par email, par sms, …

    Le champ d’intervention de l’activité eBusiness est donc très large car peut répondre à des besoins, des problématiques et des objectifs très différents pouvant émaner de chacun des services et départements d’une entreprise, à savoir, par exemple :

    • marketing : sites internet de marque (branding) ou institutionnels (corporate), recrutement/fidélisation (emailing, marketing viral, sites web), publicité, soutien d’une campagne de communication offline, trade marketing, satisfecit client, études qualitatives, quantitatives, comportementales ou de positionnement…
    • communication interne : messagerie, workflow, gestion documentaire, gestion de projets, gestion des connaissances…
    • commercial : ventes en ligne (e-commerce), catalogues, outils promotionnels ou de relance client, outils d’aide à la vente (présentation des avantages produits ou services en ligne), gestion des plannings, relevé des prix et des linéaires, suivi des commandes, retours clients…
    • achats : eProcurement, places de marché, appels d’offre en ligne…
    • technique : services en ligne après-vente ou technique…
    • logistique : suivi de la fabrication, des livraisons…
    • ressources humaines : recrutement en ligne, informations sur les opportunités d’évolution, de formations, e-learning…etc…

    Cependant, pour satisfaire ces besoins ou objectifs il est souvent difficile pour le service concerné d’élaborer, voire d’imaginer, de lui-même la stratégie eBusiness et l’organisation qui y répondront.

    Il est en effet peu concevable que chaque service et département de l’entreprise maîtrise ou connaisse tous les outils NTIC existants, détermine les plus pertinents à l’atteinte de leurs objectifs, en suive leur développement et anticipe les conséquences de leur intégration dans l’organisation informationnelle de l’entreprise.

    C’est ici qu’intervient le Consultant eBusiness (prestataire externe) ou l’eBusiness Manager (employé de l’entreprise).

    Consultant eBusiness

    Le Consultant eBusiness est avant tout un manager qui intervient à toutes les étapes de vie d’un projet eBusiness.

    1- Stratégie eBusiness

    Le consultant peut tout d’abord aider l’entreprise à formaliser ses objectifs eBusiness pour élaborer la stratégie adéquate. Pour cela, le consultant doit parfaitement appréhender les enjeux de l’entreprise, son métier, son marché, son fonctionnement, notamment interne, et anticiper son évolution pour intégrer tous ces éléments au projet. 

    Ces objectifs une fois clairement définis, le consultant doit déterminer les besoins actuels et futurs nécessaires à leur atteinte (expression des besoins).
    Dès lors, il peut préconiser à l’entreprise la stratégie eBusiness afférente.

    Cette stratégie intègre de nombreux paramètres, comme les moyens et leviers permettant sa réalisation, l’organisation des flux d’information, la mise en œuvre de synergies entre différents départements de l’entreprise, la sensibilisation et la formation des équipes, un plan de communication (interne, médias…), le cadre législatif, les contraintes qualité/coûts/délais, le ROI, etc.

    Et, éléments incontournables, elle préconise les technologies et applications NTIC les plus adéquates tant en termes d’atteinte d’objectifs qu’en intégration optimale au système d’information de l’entreprise.

    Car, si l’utilisation des NTIC n’est pas une fin en soi mais un moyen de réaliser des objectifs concrets, elle doit parfaitement s’intégrer à l’organisation de l’entreprise sans provoquer de changements radicaux et surtout ne doit pas être un frein aux développements futurs. Bien au contraire, elle doit en être un des moteurs.

    2- Gestion de projet (assistance à maîtrise d’ouvrage)

    Une fois la stratégie adoptée par la direction, commence sa mise en œuvre. Le consultant devient alors un Chef de Projet responsable de sa réalisation, respectant les contraintes Qualité/Coûts/Délais et manageant des équipes pluridisciplinaires.
    Il intervient notamment auprès :

    • de la maîtrise d’œuvre qui développe la partie technique (SI, équipes internes et/ou prestataires) pour assurer le suivi des différentes étapes : spécifications techniques et fonctionnels, développement, livrables, recettes, mise en production…
    • des équipes marketing et commerciales qui préparent sa mise en production, son lancement et son développement pour les sensibiliser ou les former à leur nouveaux outils.
    • des directions opérationnelles pour rendre compte de son évolution et des opportunités apparues et de l’organisation en cours.
    • du service juridique pour définir les cadres législatifs (CNIL, sites Internet, sites de ventes en lignes, espaces carrières et recrutement…).
    • de la comptabilité, de la production et du service logistique dans le cas de projet d’e-commerce,
      du service RH pour définir les évolutions/créations de postes et formations s’il y a lieu.
    • etc…

    3- Suivi, développement de l'activité et évolutions

    Le projet est maintenant opérationnel.
    Le consultant eBusiness suit dorénavant son évolution dans le respect de la stratégie élaborée, aide à la mise en œuvre du plan de communication, analyse le retour des utilisateurs pour améliorer sa pertinence et son ergonomie, affine les projections et anticipe les besoins techniques, marketing, commerciaux ou financiers à venir.

    Il doit aussi sensibiliser les équipes internes à l’utilisation des outils implémentés mais aussi expliquer ceux existants par ailleurs et en présenter les utilisations possibles dans le cadre de leur activité, pour qu’elles puissent à court terme envisager d’elles mêmes ces nouvelles opportunités offertes par les NTIC et avoir une bonne vision des perspectives et projets à venir.

    L'eBusiness Manager

    L’eBusiness Manager présente le même profil, les mêmes compétences (cf. chapitre suivant) et a la même fonction que le Consultant eBusiness, à la différence près qu’il est un cadre employé de l’entreprise.

    Les avantages pour celle-ci :

    • Il a une meilleure connaissance du métier, de l’organisation et du fonctionnement de l’entreprise. Il dispose donc d’une parfaite vision à moyen terme (pas de long terme dans les nouvelles technologies) des développements nécessaires ou à venir.
    • Employé de l’entreprise, il est souvent mieux accepté qu’un consultant par les salariés notamment lors d’audit. Sa perception des évolutions attendues par les équipes en interne sera bien plus pertinente. De même, il appréhendera mieux les incidences sur l’organisation (changement, formation, frein ou craintes) dues à l’intégration d’un projet eBusiness.
    • Amené à dialoguer avec tous les services de l’entreprise au cours d’un projet eBusiness, il détecte de nouvelles opportunités d’amélioration des échanges d’information au sein de la société. Il est une réelle force de proposition.

    On retrouve souvent le service eBusiness intégré à la DSI ou au département Marketing, selon l’orientation générale qu’on lui confère.

    Cependant, de plus en plus d’entreprises envisagent l’eBusiness comme un département à part entière, directement rattaché à la Direction Générale car, comme expliqué précédemment, ce service est amené à gérer un champ très large de projets allant au-delà des aspects techniques informatiques ou purement marketing.

    Mais par sa nature, le service eBusiness reste étroitement lié à tous les autres départements de l’entreprise puisque travaillant pour la réalisation de leurs objectifs respectifs au cours de projets transversaux.

    A ce titre, faisant en quelque sorte office « d’électron  libre »  à la recherche  d’idées nouvelles pour améliorer l’organisation de l’information et les échanges inter-intra-extra société, l'eBusiness Manager représente aussi un excellent moyen pour la Direction Générale d’obtenir un retour terrain ainsi qu’un état des lieux sur le niveau de communication de l’entreprise. 

    Profil et Compétences

    Par nécessité, le Consultant / Manager eBusiness possède des compétences généralistes ainsi qu’une très forte culture d’entreprise. 

    C’est un gestionnaire qui appréhende parfaitement les objectifs et enjeux de l’entreprise dont il gère l’activité eBusiness et qui sait proposer un plan de développement (business plan) ainsi qu'un modèle économique propres à son domaine ou aux projets suivis.

    Plus il a pu occuper de fonctions dans différents départements d’une société (marketing, commercial, production…) mieux il en percevra les besoins et plus aisé sera le dialogue avec les directions opérationnelles. Il gagne alors en légitimité et en crédibilité, notamment lorsqu’il a à encadrer des équipes pluridisciplinaires.

    Inévitablement, il sait gérer des projets informatiques (eBusiness), idéalement comme assistance à maîtrise d’ouvrage.

    Il ne possède pas obligatoirement de bagages techniques spécifiques, mais doit cependant avoir de solides connaissances sur les outils et applications propres aux NTIC et à l’eBusiness ainsi que sur leur environnement technique. Il procède régulièrement à une vieille technologique.

    En résumé, les compétences idéales d'un consultant ou manager eBusiness seraient : 

    • expériences généralistes : en gestion, en management, en marketing, commerciales
    • connaissances des outils NTIC, de leur environement technique et de leur utilisation potentielle
    • gestion de projet : assistance à maîtrise d'ouvrage
    • adaptabilité, sens critique et de l'analyse, écoute et bon relationnel, réalisme et force de proposition
       

    0 0
    0 0

     world.jpg'NewsCenterNavigator'

    World News Report

    Friday, November 13, 2015
     

     

    World News

     

    Events

     

    Trending on EIN Newsdesk


older | 1 | .... | 10 | 11 | (Page 12) | 13 | 14 | .... | 42 | newer